Emmanuel Macron choisira un Premier ministre « plutôt de gauche », analyse Nicolas Baverez

istock

L’économiste Nicolas Baverez, historien et éditorialiste au Point et au Figaro était l’invité de Renaud Blanc dans la matinale de Radio Classique. Il juge que la réforme des retraites est une priorité pour « stabiliser les finances publiques de la France », et estime que la mondialisation, telle que nous l’avons connue jusqu’à présent, est finie.

Si Emmanuel Macron veut réussir à réformer, « il faudra parvenir à rassembler »

De nombreux défis attendent Emmanuel Macron, au lendemain de sa réélection. Pour Nicolas Baverez, l’un des principaux challenges du chef de l’Etat sera de rassembler les Français, malgré les trois blocs politiques « qui semblent assez irréconciliables » : un bloc central et deux blocs protestataires représentés par Marine Le Pen (RN) d’un côté, et Jean-Luc Mélenchon (LFI) de l’autre. Parmi les autres défis auxquels devra se confronter Emmanuel Macron, il y a non seulement la crise du Covid qui se poursuit « avec 350 millions de personnes confinées en Chine », et la guerre en Ukraine, « qui est aussi un changement d’économie », pointe Nicolas Baverez. Or, dans ce contexte de graves crises, « il y a toujours le problème de remettre la France à niveau et de la moderniser », rappelle l’économiste, sans compter l’importance désormais de la transition écologique. Si Emmanuel Macron veut réussir à réformer, « il faudra parvenir à rassembler », analyse l’éditorialiste. La priorité des priorités, selon lui, est d’appliquer la réforme des retraites, qui permettra de « stabiliser à moyen terme les finances publiques de la France », ajoutant : « on va en avoir besoin parce que nous sommes dans une période de remontée des taux d’intérêt, même si les taux réels restent négatifs. Cela va très vite peser et la France pourrait être en situation de risque ».

A lire aussi

 

L’internet se régionalise, note Nicolas Baverez

Autre point critique soulevé par Nicolas Baverez, celui de la mondialisation. Celle qu’on a connue jusqu’à présent est « finie », selon lui, « parce qu’elle reposait sur un certain nombre de principes dont tous sont aujourd’hui caducs ». Alors que les frontières économiques avaient disparu et que les marchés avaient pris le pas sur les États, on assiste aujourd’hui à l’inverse : « les Etats reprennent la main, avec le retour de la planification sur des secteurs comme l’énergie ». L’économiste note également que l’internet se régionalise : « il y a maintenant un internet chinois, un internet russe, un internet indien, un internet américain et un internet européen ». Dernier point abordé par Renaud Blanc, lors de l’interview, celui du futur Premier ministre. A quoi faut-il s’attendre ? Selon Nicolas Baverez, « après deux Premiers ministres venant des Républicains, Emmanuel Macron choisira plutôt une personnalité qui vient de la gauche ».

Béatrice Mouedine

 

Retrouvez l’invité de la matinale