Covid-19 : La vaccination des enfants fragiles débute, une mesure qui fait consensus

istock

C’est le coup d’envoi aujourd’hui d’une nouvelle phase de la campagne vaccinale. Environ 400 000 enfants vulnérables de 5 à 11 ans y ont désormais accès. C’est le vaccin Pfizer, mais dilué qui sera utilisé.

360 000 enfants fragiles recevront un tiers de la dose adulte, puis trois semaines plus tard une injection de rappel

La vaccination peut s’étendre dès aujourd’hui aux enfants atteints de maladies chroniques hépatiques, cardiaques, respiratoires ou encore neurologiques. Ici, pas question de limiter la transmission du virus dans la population globale, cette vaccination leur permettra d’ éviter un risque de forme grave ou de décès. Cette ouverture fait consensus auprès de l’Académie de médecine, de la Haute Autorité de Santé et des pédiatres, car les données scientifiques sont claires, des risques existent. Ces 360 000 enfants fragiles recevront un tiers de la dose adulte, puis trois semaines plus tard une injection de rappel. Le but est de booster leur système immunitaire défaillant, explique le pédiatre Michel Abély : « ce sont des enfants qui ont des problèmes cardiaques, qui se battent contre un cancer, les enfants obèses, diabétiques, ceux qui ont des leucémies. Quand ils sont très fragiles et qu’ils ont de la fièvre , ils risquent de développer des formes graves ».

A lire aussi

 

Les seuls décès enregistrés dans cette classe d’âge sont ces enfants à risques, alors même si les données de pharmacovigilance des 5-11 ans sont encore incomplètes, pour cette population fragile, le bénéfice est certain insiste Francois-Marie Caron : « Il y a très peu d’effets indésirables graves. C’est ce qu’on a vu aux États-Unis où il y a déjà plusieurs millions d’enfants vaccinés. Par contre, le risque d’attraper le Covid et de faire une forme grave chez ces enfants fragiles est significatif. Cela vaut le coup de les les vacciner et même de les vacciner assez rapidement ». Ces enfants ne seront pas vaccinés dans le circuit classique, tout sera extrêmement surveillé pour ne prendre aucun risque. Quant a ouvrir la vaccination a tous les 5-11 ans, ce sera à la Haute Autorité de Santé de trancher, mais les pédiatres alertent déjà : où vacciner 6 millions d’enfants ? Leur cabinet et les services pédiatriques sont déjà saturés.

Rémi Pfister

Ecoutez le reportage de Rémi Pfister : 

 

Retrouvez les Infos du jour