Violences policières : scandale autour d’un groupe Facebook

On parlerait de racisme ordinaire si ces blagues, ces montages, ces insultes et ces opinions stigmatisantes n’étaient échangées sur un groupe Facebook réunissant quelque 8000 policiers et gendarmes. Le site d’information Streetpress y a trouvé ce montage qui fait l’apologie de morts violentes mettant en cause des policiers.

 

Le groupe Facebook fait référence avec ironie aux morts de Zyed et Bouna, de Sabri, Kemyl

On y découvre la photo de 4 porteurs de cercueil noirs, sur la figure desquels on a collé un panneau « danger haute tension », référence claire à la mort de Zyed et Bouna en 2005, un poteau pour le décès de Sabri à Argenteuil le 17 mai dernier. Une portière de véhicule en référence à la jambe cassée d’un homme de 30 ans à Villeneuve-la-Garenne durant le confinement et enfin, un train, comme celui qui a percuté Kemyl 18 ans le 27 mai à Montigny-lès-Cormeilles. Ce montage a été diffusé sur ce groupe Facebook par un fonctionnaire de police parisien et approuvé d’un like par plus de 200 membres des forces de l’ordre.

 

A lire aussi

 

C’est sur ce forum Facebook qu’à l’abri des oreilles et des regards indiscrets ces fonctionnaires de police se lâchent. A propos de la manifestation de mardi on peut ainsi lire « c’est noir de monde » « on dirait le naufrage d’un pétrolier » ou encore « J’ai un doute qu’on soit encore en France » A propos de Camélia Jordana on lit aussi « Les chanteurs au QI d’huître pourront aller pleurer chez Ruquier que les policiers sont méchants avec les jeunes crépus ». A propos de Théo, jeune homme grièvement blessé lors d’un contrôle de police en 2017 et qui avait été blessé au rectum par une matraque on peut lire désormais « qu’il joue de la trompette avec son derrière ». Bref des dizaines de commentaires indignes sur lesquels le Ministère de l’Intérieur n’a pas souhaité réagir pas plus que les administrateurs du groupe….

 

 

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique