Vidéo : Un ténor anglais acclamé puis…éliminé !

 

Révélé en 2007, lorsqu’il avait remporté la 1ère édition du télé-crochet « Britain’s got talent » (l’émission de ITV qui a inspiré « La France a un incroyable talent » sur M6), le ténor anglais Paul Potts a remporté un vif succès auprès du jury samedi lors de la version « Champions » de l’émission, réservée à d’anciens vainqueurs de l’émission, mais a été éliminé dès le 1er tour. Une défaite mal digérée par le candidat et ses nombreux fans.

Et pourtant tout s’était bien passé lors de sa prestation sur scène, avec une interprétation brillante du thème du Parrain « Parla più piano » (Parle plus bas) de Nino Rota. Un passage acclamé par le public présent dans la salle et salué par le jury mais pas suffisamment pour les téléspectateurs qui ont préféré des numéros plus spectaculaires. Une déconvenue que le ténor de Bristol n’a pas vraiment apprécié, déclarant notamment, dans des tweets, que des contraintes techniques auraient nuit à sa performance, tandis que ces nombreux fans se sont mobilisés sur les réseaux sociaux pour réprouver, comme Howie Mac par exemple, la jalousie qui règnerait dans le milieu du spectacle.

 

Un destin hors du commun

Les admirateurs de Paul Potts peuvent se rassurer. Cette déconvenue ne devrait pas trop perturber la carrière du chanteur qui leur a déjà donné rendez-vous pour un concert à Port Talbot (Pays de Galles) vendredi prochain. Juste un accroc en fait dans le parcours du ténor de 48 ans, natif de Bristol. Modeste employé d’une entreprise de téléphonie mobile, passionné d’art lyrique et chanteur d’opéra amateur, jusqu’à ce qu’il participe et remporte en 2007 la première édition de « Britain’s got talent » grâce à une remarquable interprétation de « Nessum Dorma » (extrait du Turandot de Puccini). Depuis, malgré les critiques de certains puristes, son succès populaire n’a jamais faibli. Un 1er album vendu à plus de 3,5 millions d’exemplaire et classé n°1 en Grande-Bretagne. Des centaines de concerts chaque année dans le monde entier et même une prestation devant la reine Elisabeth II. Sa fortune est estimée à près de 10 millions de dollars.

 

Philippe Gault

 

Retrouvez l’actualité du Classique