« S’il y a une dictature au Venezuela, l’homme qui l’a mise en place s’appelle Ismaël Emelien, conseiller spécial d’Emmanuel Macron » Alexis Corbière

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Alexis Corbière, député France Insoumise de la Seine-Saint-Denis

Invité de Guillaume Durand

« S’il y a une dictature au Venezuela, l’homme qui l’a mise en place s’appelle Ismaël Emelien, conseiller spécial d’Emmanuel Macron »

Extraits

A propos du Venezuela

« S’il y a une dictature au Venezuela, l’homme qui l’a mise en place s’appelle Ismaël Emelien, conseiller spécial d’Emmanuel Macron »
(…)
« Ismaël Emelien était chargé de la communication de Nicolás Maduro durant les élections au Venezuela »
(…)
« Si M. Macron croit à ce qu’il dit [à propos de Maduro], il est en train de dire aux Français que son conseiller spécial est un homme qui a aidé à mettre en place une dictature au Venezuela »
(…)
« Ismaël Emelien travaillait pour une agence de communication embauchée par Maduro : Euro – RSCG »

A propos de la manifestation du 23 septembre

« Outre le défilé des syndicats, il faut aussi une réponse politique »
(…)
« Il y a une illégitimité dans ce que fait ce gouvernement »
(…)
« Ce n’est pas parce qu’Emmanuel Macron a été élu que le droit de protester se retrouverait interdit ou illimité »
(…)
« Si ce gouvernement prend tellement de front la population, il serait raisonnable de pouvoir faire des élections anticipées »

A propos de la loi Travail et du chômage

« La loi Travail, c’est une casse sociale »
(…)
« Ce que fait le gouvernement, qui est dans la continuité de la loi El-Khomri, a fabriqué un million de chômeurs supplémentaires, et ça continuera »
(…)
« La flexibilité du marché ne crée pas de l’emploi »
(…)
« On peut créer 900 000 emplois avec les énergies renouvelables »
(…)
« Je ne connais pas de patron qui me dise : Mon problème, c’est que j’ai besoin de licencier plus facilement mes employés »
(…)
« C’est une fraction sectaire, illuminée du patronat, tenue par le Medef, qui n’arrête pas de parler au nom du patronat »

A propos du système économique

« Il y a un nouvel âge du capitalisme, de plus en plus financiarisé (…) La France est le recordman d’Europe des dividendes reversées aux actionnaires. C’est un problème »
(…)
« C’est une folie, on va délocaliser pour aller faire encore plus d’argent ailleurs »
(…)
« Je préfère le capitalisme à la papa avec des patrons qui aimaient leur boulot et pas des financiers »

A propos de Bruno Roger-Petit

« C’est un homme que j’aime bien mais je l’appelle le sniper »
(…)
« Il va être utile à Emmanuel Macron [dans] la réponse à Jean-Luc Mélenchon »
(…)
« Si tout éditorialiste devient le porte-parole d’un pouvoir, ça pose un problème »

A propos de sa compagne Raquel Garrido, chroniqueuse sur C8

« Il y a un grand courant de société à 20% qui s’appelle France Insoumise et qui doit être représenté dans les médias, qui [sont] le lieu où l’opinion publique se forge»
(…)
« C’est une victoire idéologique »