Ravel et la danse : L’Orchestre de Paris dirigé, pour la première fois, par Gustavo Gimeno

Bernard Blanc/ Flickr

Vivez en direct sur Radio Classique le concert de rentrée de l’Orchestre de Paris, jeudi à 20h30.

Le chef espagnol Gustavo Gimeno dirigera un programme Ravel

Radio Classique vous fera vivre le concert d’ouverture de saison de l’Orchestre de Paris, en direct de la Philharmonie. Le programme sera entièrement consacré à Ravel, à travers cinq œuvres illustrant tout son talent d’orchestrateur. Tout d’abord les Valses nobles et sentimentales. Ravel les a initialement écrites pour piano, avant de les orchestrer en 1912. “Le titre de Valses nobles et sentimentales indique assez mon intention de composer une chaîne de valses à l’exemple de celles de Schubert” écrivait Ravel. Dans cette même veine, l’Orchestre de Paris interprétera La Valse. Une fois encore, c’est Ravel qui parle le mieux de cette œuvre créée en 1920 : “Ce n’est pas subtil ce que j’entreprends pour le moment, une grande valse, une manière d’hommage à la mémoire du grand Strauss, pas Richard, l’autre, Johann. Vous savez mon intense sympathie pour ces rythmes admirables” écrit Ravel dans une lettre de février 1906.

A lire aussi

 

Après la valse viennoise, c’est l’Espagne qui sera à l’honneur, avec tout d’abord l’Alborada del Gracioso. Il s’agit, là aussi, à l’origine d’une œuvre pour piano que Ravel a lui-même orchestrée. Créée en 1906, l’Alborada del Gracioso, qui signifie littéralement “aubade du bouffon” reprend les traits d’un personnage comique de la comédie espagnole. Ce voyage en Espagne se poursuivra avec la première grande œuvre orchestrale de Ravel, la Rhapsodie espagnole, exécutée pour la première fois en 1908. Dans cette rapsodie, Ravel marie la danse et l’Espagne, deux thèmes chers au compositeur, également réunis dans la dernière œuvre de ce concert : le Boléro. À propos de ce qui deviendra l’une des pages les plus célèbres du répertoire, créée en 1922, Ravel parlait d’un “ morceau de dix-sept minutes consistant uniquement en un tissu orchestral sans musique, un long et progressif crescendo.” L’Orchestre de Paris sera dirigé, pour la première fois, par Gustavo Gimeno, qui est par ailleurs le directeur musical du Philharmonique du Luxembourg et du Symphonique de Toronto. Ce concert sera présenté par Laure Mézan.

Jean-Michel Dhuez

Retrouvez l’actualité du Classique