Polémique autour du partenariat entre la banque Barclays et Sadler’s Wells, l’un des plus anciens théâtres de Londres

©David Hawgood/wikimedia commons

Parmi les sujets du jour, cette tribune publiée hier par le Times dans laquelle une cinquantaine d’artistes (des danseurs, chorégraphes, musiciens, acteurs, auteurs, metteurs en scène…) remettent en question le partenariat de Barclays avec le Sadler’s Wells, un des plus anciens théâtres de Londres. Le motif invoqué : le financement par la grande banque britannique de l’extraction de combustibles fossiles.

Sans l’aide de Barclays ce théâtre aurait été contraint de mettre la clef sous la porte

Cet investissement serait, selon les signataires, « une menace pour l’avenir de la jeunesse » et, allez savoir pourquoi, les organisations artistiques. Alors attention, la tribune ne demande pas le retrait du partenariat de Barclays mais son remplacement par, je cite, “un parrainage artistique durable”. Curieusement, les signataires de cette tribune se disent inquiets du fait que l’offre à prix réduits par Barclays de billets pour les jeunes (10 000 par an tout de même) compromet l’avenir du théâtre, de son public et de ses artistes.

 

A lire aussi

 

 

Ils oublient surtout que sans l’aide de Barclays, entre autres généreux contributeurs, ce théâtre, qui a dû mettre 80% de son personnel en congé pendant la pandémie de Covid, aurait été contraint de mettre la clef sous la porte (« out of business » comme on dit Outre-Manche), comme d’autres institutions culturelles londoniennes qui n’ont pas eu cette chance.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique