Nouveaux réacteurs nucléaires : Après les promesses du gouvernement, le PDG d’EDF veut du concret

HeliotropeJaspe/wikimedia commons

Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF demande au gouvernement d’avancer, et vite, sur la construction de nouveaux réacteurs nucléaires. En effet le groupe et toute la filière de l’atome avaient pleuré de joie, en novembre, en entendant Emmanuel Macron annoncer la relance de la construction de réacteurs nucléaires.

Présidentielle 2022 : Le nucléaire fait quasiment consensus

L’annonce du chef de l’état de la construction de nouveaux réacteurs nucléaires n’avait pas été accompagnée de précisions sur le calendrier, et sur le nombre de réacteurs. On sait que l’hypothèse de six – en l’occurrence des EPR de grande puissance – tient la corde. Cela fait donc deux mois que tout est figé. Le patron d’EDF Jean-Bernard Lévy s’impatiente un peu et appelle à « concrétiser » cette annonce, et il a totalement raison de se rappeler maintenant au bon souvenir de l’Etat. D’abord, sur le plan politique, il y a quasiment un consensus. Exceptés l’écologiste Yannick Jadot et la socialiste Anne Hidalgo, tout le monde est pour le nucléaire. Emmanuel Macron, donc, mais aussi Valérie Pécresse, Marine Le Pen, Eric Zemmour, le communiste Fabien Roussel. Même Jean-Luc Mélenchon a un peu évolué, puisqu’il propose un référendum sur le sujet.

A lire aussi

 

Ensuite, au niveau de l’Union européenne, la Commission vient d’inscrire le nucléaire parmi les énergies d’avenir. Cela assure un financement dans de bonnes conditions de l’atome. Autre argument, les besoins d’électricité vont augmenter de 35% d’ici 2050 avec la transition énergétique, selon un rapport de RTE publié cet automne. Et puis on voit en ce moment avec jusqu’à 17 réacteurs sur 56 mis en pause pour différentes raisons techniques, qu’on peut vite être à court, avec des installations vieillissantes. Cela tombe au cœur de l’hiver, avec le besoin d’importer, notamment auprès de pays qui produisent par des centrales au gaz, et sont donc soumis aux humeurs de Vladimir Poutine le président russe. Enfin, Jean-Bernard Lévy, PDG d’EDF explique à juste titre : « On sait bien que l’industrie nucléaire ne peut rester compétente et attractive que si elle construit ».

 

L’EPR construit en Finlande va démarrer en 2022 après des années de retard

Pour autant, il est difficile de prendre une telle décision politique juste avant la présidentielle ! Car malgré le quasi-consensus politique, on parle quand même d’une décision à 50 milliards ! Elle engagerait un processus nous amenant, ne serait-ce que pour les premières mises en service de ces nouveaux EPR, à l’horizon 2035 (c’est dans trois quinquennats). Un exemple de décision boiteuse prise en fin de quinquennat : Notre-Dame-des Landes, le cauchemar politique de François Hollande. Son mandat à l’Elysée s’était terminé en nous laissant sur un référendum en Loire-Atlantique qui avait dit oui à la construction de l’aéroport. Son successeur avait ensuite dit non. Pas de nouvel aéroport à Nantes. C’est difficile aussi car l’un des meilleurs arguments de ceux qui s’opposent aux nouveaux réacteurs, c’est l’EPR en construction à Flamanville. 10 ans de retard, un budget qui a triplé…

A lire aussi

 

Tant que ce n’est pas en service, cela alimente le soupçon qu’on ne sait pas construire un EPR. En Chine, un réacteur de ce type connaît des difficultés en ce moment, et puis il y a celui construit en Finlande, qui doit enfin démarrer dans quelques semaines après des années de retard là aussi. Mais voilà, il y a cette vraie fenêtre de tir. Jean-Bernard Lévy, le patron d’EDF, veut mettre le pied dans la porte, notamment au niveau européen, où le label vert accordé au nucléaire fait débat. Cela agite déjà la toute nouvelle coalition au pouvoir en Allemagne (sociaux-démocrates, verts et libéraux). Agir maintenant, c’est éviter que l’Europe ne change d’avis ou impose des conditions plus dures au nucléaire. Si la France, 2ème puissance économique de l’Union, avait déjà lancé très profondément ses projets de nouvelles centrales, ça contribuerait à verrouiller cette décision.

François Geffrier

 

Retrouvez Les Spécialistes