« Carmen est évidemment victime d’un féminicide », selon Marie-Nicole Lemieux

Mirco Magliocca

C’était la première fois qu’elle chantait sur scène au Théâtre du Capitole de Toulouse. Marie-Nicole Lemieux a pu interpréter le rôle principal de l’opéra le plus populaire et le plus donné au monde, Carmen. La contralto québécoise s’est confiée au sujet de son expérience scénique ainsi que de son amour pour l’œuvre de Bizet.

Marie-Nicole Lemieux : « En chaque femme il y a une Carmen »

C’est Christophe Ghristi, directeur artistique du Théâtre du Capitole qui a choisi de contacter la diva pour incarner le sulfureux rôle de Carmen. Marie-Nicole Lemieux attendait cette proposition depuis le début de ses 23 ans de carrière. Un rôle qu’elle aurait aimé incarner depuis si longtemps mais que la « société empreinte de préjugés et des directeurs de théâtres qui manquent parfois d’imagination » ne lui avaient pas permis de jouer. Mais cette patience aura fini par payer, puisque Christophe Ghristi a eu « l’audace de croire en elle » confie-t-elle. Un rôle particulièrement convoité car l’héroïne de Bizet est l’incarnation même de la femme entière et libre. Marie-Nicole Lemieux est également revenue sur cette complexité de son personnage au caractère impulsif mais empreint d’humour. Un humour qui permet de prendre du recul et de pouvoir poser un regard sur soi car : « en chaque femme il y a une Carmen ».

A lire aussi

 

C’est justement cette ambivalence du personnage qui rend son interprétation particulièrement difficile. Carmen, en plus d’être un rôle particulièrement exigeant, est également destiné aux mezzo-sopranos et plus rarement aux sopranos. Mais ce rôle fait également preuve d’une grande amplitude dans sa tessiture, ce qui a permis à la contralto d’interpréter cette Carmen qu’elle convoitait tant. Une souplesse vocale qui fait écho à la liberté que scande le personnage tout au long de l’opéra. Marie-Nicole Lemieux se dit heureuse d’avoir pu rendre honneur à cette femme et à ce « chef d’œuvre absolu », merveilleusement bien mis en musique par Bizet. Selon elle, Carmen n’est pas seulement un opéra bel canto au sens strict du terme c’est-à-dire du « beau chant ». L’œuvre lyrique prend une dimension bien plus complexe à ses yeux, puisqu’il s’agit de trouver un parfait équilibre entre les mots, le rythme, la musique et la danse car dans chaque air de Carmen, se cache « une rythmique sensuelle ».

Carmen : Un opéra qui se prête toujours au contexte actuel

Ce sont à la fois la ligne de chant envoûtante ainsi que l’importance du texte qui feraient de cet opéra un succès et ce, pour tous les rôles qu’il implique. « On tend vers un romantisme français » où il s’agit de suivre la musique puisque c’est elle qui révèle toute l’histoire, en particulier avec cet illustre chromatisme qui a fait la réputation de l’aria « L’Amour est un oiseau rebelle ». Lorsqu’elle évoque son personnage, Marie-Nicole Lemieux nous dépeint une Carmen pleine de féminité, de sensualité et d’humour : « elle s’amuse » ajoute-t-elle. Un personnage qui témoigne d’une volonté de vie et de puissance surprenante : « elle ne s’apitoie jamais sur elle-même et n’endosse en rien le rôle de victime, sauf à la fin de l’acte IV puisqu’il s’agit évidemment d’un féminicide ». C’est sans aucun doute ce qui fait la force de cette œuvre encore aujourd’hui. Marie-Nicole Lemieux ne manque d’ailleurs pas de le rappeler, l’œuvre lyrique se prête parfaitement au contexte actuel.

A lire aussi

 

« Encore un homme qui n’est pas capable d’accepter qu’une femme ne lui appartient pas, qu’une femme à le droit de le quitter ! Ces drames arrivent tout le temps, d’où l’importance de continuer à jouer cet opéra » confie-t-elle. Ce qui a particulièrement plu à la contralto, dans cette mise en scène signée Jean-Louis Grinda, c’est de pouvoir montrer toute la violence dont fait preuve Don José alors que l’héroïne va elle, au contraire, vivre sa vie jusqu’au bout. Cette proposition au Théâtre du Capitole était un cadeau pour la diva mais comme le dirait Carmen elle-même : « il est permis d’attendre, il est doux d’espérer » que Marie-Nicole Lemieux puisse rejouer ce rôle qui lui plaît tant, sur de nouvelles scènes.

Ondine Guillaume

Retrouvez ici le concert de Carmen au Théâtre du Capitole de Toulouse, disponible jusqu’au 13/03/2022

Retrouvez l’actualité du Classique