Aix-en-Provence : Une Cité du piano au couvent des Prêcheurs ?

Crédit: Ddeveze - Wikimedia Commons

Dans le cadre d’un appel d’offre lancé par la municipalité d’Aix-en-Provence pour racheter et rénover le gracieux couvent des Prêcheurs, un collectif a déposé un projet d’acquisition qui propose d’y créer une Cité du piano. Dédié à cet instrument, ce lieu accueillerait, entre autres, divers espaces culturels, des ateliers de réparation ouverts au public et un lieu d’exposition pour les 150 pianos anciens du collectionneur réputé Jean Jude.

Un projet d’installation d’un musée dédié à Picasso a été abandonné fin 2020

Le couvent des Prêcheurs est un bijou du patrimoine aixois malheureusement inoccupé et laissé à l’abandon depuis six ans. Construit au XIIIsiècle, cet édifice religieux qui comprend plus de 4500 m2 de plancher a longtemps abrité un couvent dominicain mais également le palais de justice local au XIXe siècle puis différentes écoles jusqu’à 2015. Un projet d’installation d’un musée dédié à Picasso avait été envisagé en 2017 mais a été abandonné fin 2020 suite à des désaccords entre l’héritière de l’artiste et la municipalité.

A lire aussi

 

Un nouvel appel d’offre a donc été lancé par la municipalité en mars dernier. 22 dossiers de candidature ont été déposés. La plupart émane de grands noms de l’investissement immobilier. D’autres plus attachés à la vocation patrimoniale du bâtiment et à l’histoire culturelle de la ville. C’est le cas du projet porté par la SAS Cité du Piano, le Lycée Sainte-Catherine et la Congrégation des Dominicains de la province de Toulouse. Un projet qui prévoit d’y installer l’extension de l’établissement scolaire, d’y rénover des logements pour permettre aux frères prêcheurs d’installer une communauté et la création d’une Cité du piano.

Jean Jude possède le 1er piano a queue fabriqué par Pleyel en 1820

Autour de la cour rénovée, sous les voûtes de l’ancien couvent seraient créé un lieu de vie culturelle, de médiation, de rencontres, de concerts et de travail dédié au piano, ouvert au public avec, notamment, une « Cité des enfants », qui proposera des ateliers de réparations et de restauration de pianos, des formes de concerts innovantes et des séances d’initiation à la musique. Cette Cité du piano abritera surtout la collection de Jean Jude, grand collectionneur de piano anciens.

A lire aussi

 

Depuis 1970, raconte Le Figaro, ce professeur de musique a recueilli plus de 150 pianos qu’il abrite actuellement chez lui près de Tours dans ce qu’il appelle un « orphelinat pour pianos ». Parmi cette collection, dont certains modèles ont été fabriqués à la fin du XVIIe siècle, quelques pièces classées « monuments historiques » telles qu’un piano vertical Clementi de 1820, un piano à queue Pape de 1836, et trois anciens Pleyel dont le 1er piano à queue fabriqué par le facteur parisien en 1820. D’autres pièces sont chargées d’histoire et ont appartenu à de grandes personnalités du XIXe siècle comme le président de la République Sadi Carnot, Alphonse Daudet ou encore Laure Surville, la sœur d’Honoré de Balzac.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique