Agressions sexuelles : L’Opéra d’Australie poursuivi en justice pour manque de vigilance

©Steve Collins - Wikimedia Commons

En 2018, David Lewis, ténor de l’Opéra d’Australie était condamné à 3 ans de prison après des faits d’agressions sexuelles sur une jeune fille mineure au moments des faits  dans les années 90. Alors que le chanteur a bénéficié d’une remise en liberté conditionnelle en décembre 2020, la partie civile a décidé de poursuivre l’institution pour manquement à son devoir de vigilance.

Une éducatrice avait été embauchée pour faire « respecter » la distance entre enfants et adultes

Entre 1993 et 1995, le ténor australien David Lewis, alors âgé d’une trentaine d’années, a agressé sexuellement et s’est rendu coupable d’attentats à la pudeur envers une jeune choriste de l’Opéra d’Australie âgée de moins de 16 ans au moments des faits. En 2018, le chanteur de 61 ans (25 ans d’ancienneté à l’Opera Australia), qui a reconnu les faits, a été condamné à 3 ans de prison. En décembre dernier, il a été remis en liberté conditionnelle après avoir purgé 2 ans d’incarcération.

A lire aussi

 

Cette semaine, la partie civile a décidé de poursuivre également l’institution australienne qu’elle accuse de « manquement à son devoir de diligence envers la jeune choriste ». La plainte s’appuie sur le fait, notamment, qu’à l’époque, un responsable du ballet de la compagnie (en alternance à l’Opéra de Sydney et au centre artistique de Melbourne), qui avait été témoin d’un de ces actes d’agression sexuelle, en avait informé le chef de chœur. Peu de temps après, la compagnie avait même, selon des documents de l’enquête, embauché une éducatrice à qui on avait demandé de faire en sorte que « Les enfants soient gardés loin des adultes et les adultes loin des enfants ».

Selon certains employés, « L’opéra Australia est comme l’église catholique en miniature »

D’autres employés d’Opera Australia ont confié au Sydney Morning Herald que leurs inquiétudes, pourtant signalées, concernant le comportement de David Lewis étaient « tombées dans l’oreille d’un sourd ». L’un d’entre eux a même déclaré que « L’Opera Australia est comme l’Église catholique en miniature ! ». À ce sujet, les responsables de l’institution ont déclaré que les dossiers personnels de l’accusé qu’ils ont transmis aux enquêteurs ne contenaient « aucune information relative à des plaintes contre M. Lewis pendant son séjour dans l’entreprise ». Le tribunal en charge de l’affaire à Sydney statuera sur cette nouvelle plainte le 15 juillet.

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique