Michelin ferme 4 sites temporairement à cause de la guerre en Ukraine

SEBASTIEN SALOM GOMIS/SIPA

4 sites de Michelin sont à l’arrêt quelques jours en raison de problèmes d’acheminement de matières premières provenant de Russie ou d’Ukraine. Les 1 200 salariés de Cholet dans le Maine-et-Loire doivent cesser le travail ce vendredi 11 mars et samedi 12 mars au matin, avant un retour à la normale la semaine prochaine. Une adaptabilité forcée.

Les sites de Michelin pourront fonctionner normalement dès la semaine du 14 mars

« Nous n’avons pas de rupture de stock », précise la direction de Michelin, « mais nous rencontrons des problèmes d’approvisionnement sur le noir de carbone qui sert à durcir et teindre les pneus, mais aussi sur les gommes synthétiques ». Le groupe a donc préféré ralentir l’activité pour préserver ses capacités de production. 4 jours d’arrêt sur 4 sites, c’est une manière de se donner de la souplesse pour pouvoir se réorganiser. En une semaine, les équipes ont trouvé d’autres fournisseurs et d’autres voies de passage pour les cargaisons.

A lire aussi

 

La quinzaine de sites français de Michelin pourra tourner normalement dès la semaine prochaine. Mais tout cela reste fragile, reconnaît une porte-parole de Michelin, tout dépendra de l’évolution du conflit en Ukraine et si d’autres matières premières sont impactées. C’est désormais une gestion à la semaine. De son côté, la CGT du groupe dénonce la méthode : les salariés ont dû poser des jours de congés lors de la fermeture des sites, la direction ne souhaitant pas recourir au chômage partiel. Pour le syndicat, Michelin cherche surtout à flexibiliser son personnel.

Emilie Valès

Ecoutez les explications d’Emilie Valès :

 

Retrouvez les Infos du jour