Guerre en Ukraine : La Croix dresse le portrait des « amis de la Russie en France »

OSCE Parliamentary Assembly/flickr

Le journal La Croix a publié le 31 mars un article présentant les personnalités prorusses du monde politique, universitaire ou religieux. Depuis le début de la guerre rares sont ceux qui ont changé de discours.

Thierry Mariani, Monseigneur Aillet ou Hélène Carrère d’Encausse n’ont pas condamné le gouvernement russe

Parmi les plus emblématiques personnalités publiques soutenant le Kremlin on retiendra l’évêque de Bayonne Monseigneur Aillet qui disait apprécier les efforts de redressement de la politique familiale et de la christianisation de Russie. Thierry Mariani passé de LR au RN, rappelle que personne dans les médias n’a évoqué le bombardement de Donetsk par les Ukrainiens, il regrette un  bourrage de crâne des deux côtés et estime que la Russie reste un partenaire incontournable. L’académicienne Hélène Carrère d’Encausse, la veille des premières frappes dans la périphérie de la capitale ukrainienne estimait que l’invasion de Kiev relevait du mythe. L’écrivain russe naturalisé Français Andreï Makine explique le comportement russe par les humiliations que l’Occident aurait fait subir à son pays. L’économiste Jacques Sapir a mis de l’eau dans sa vodka en condamnant l’agression russe et en démissionnant de ses fonctions sur les chaînes russes Sputnik et Russia Today.

 

A lire aussi

 

 

La Croix rappelle que ce sont les Hongrois, les Polonais, les Tchèques ou encore les pays Baltes qui ont demandé à adhérer à l’Otan. Les Ukrainiens ont voté en 1991 à 92 % pour leur indépendance et les populations russophones de l’est n’ont pas accueilli les militaires russes en libérateurs. Pourtant, il n’est pas question de reprocher à Mariani, Carrère d’Encausse ou encore Mgr Aillet leurs sympathies pro-russes, l’histoire est longue et du procès en mauvaise fréquentation au Maccarthysme, il y a un pas qu’il ne faut pas franchir.

David Abiker

Retrouvez la Revue de presse