Les Modigliani partent à l’assaut des Quatuors à cordes de Schubert

C’est en partie à la faveur du confinement que le Quatuor Modigliani a pu s’attaquer à ce travail herculéen.

Une intégrale appelée à faire date

Franz Schubert, jeune choriste de quatorze ans, couche sur le papier ses premiers quatuors à cordes, genre qui l’accompagnera jusqu’aux dernières années de sa vie. Quinze quatuors au total, d’une inventivité remarquable et d’un lyrisme envoûtant ont été inscrits dans l’histoire, portant à la fois l’héritage de l’époque classique et la promesse de l’avenir. A leur sujet, les quatre musiciens confient : « la communion avec une âme secrète, la découverte des couleurs inexprimables, l’admiration d’un discours magistral dont les idées ne cessent d’évoluer et d’inspirer c’est un voyage qui nous marque à vie. La gravure de l’Octuor deux ans auparavant n’était que la première pierre d’un projet qui nous tenait à cœur et que nous voyons enfin s’achever à travers cette immersion schubertienne. »

A lire aussi

 

C’est en partie à la faveur du confinement que le Quatuor Modigliani a pu s’attaquer à ce travail herculéen. Faute de ne pouvoir se produire en concert, les quatre musiciens ont répété dans un appartement de la place des Vosges prêté par un mécène. Les enregistrements, eux, se sont déroulés dans trois lieux différents. Les quatuors de jeunesse ont été enregistrés à Neumarkt, en Allemagne, les œuvres plus tardives à Poitiers et l’ultime quatuor, dans une salle des années 1950 à La Chaux-de-Fonds. Loïc Rio, François Kieffer, Amaury Coeytaux, le premier violon, et l’altiste Laurent Marfaing se sont plongés dans une musique indissociable de la vie et de l’âme tourmentée du compositeur, livrant une interprétation d’un lyrisme intense (vibrato généreux) qui conjugue la spontanéité des premiers opus à la grande arche des ultimes, d’une ampleur quasi brucknérienne.

Jérémie Bigorie


Décernés chaque semaine, les Trophées Radio Classique priment un nouvel album, mis à l’honneur notamment dans l’émission « Tous Classiques » de Christian Morin.

Qobuz, la plateforme française de streaming et de téléchargement de musique haute résolution, est le partenaire officiel des Trophées Radio Classique 2021

Retrouvez l’actualité du Classique