Guerre en Ukraine : Jugée abusive, la mise à l’écart du chef russe Valery Gergiev fait polémique

Artyom Geodakyan/TASS/Sipa USA/SIPA

Depuis le début de l’intervention militaire en Ukraine, Valery Gergiev a été écarté par la plupart des grandes institutions musicales qu’il dirigeait ou pour lesquelles il devait se produire. Proche de Vladimir Poutine, le chef d’orchestre a été limogé notamment du Philharmonique de Munich dont il était directeur musical depuis 2015. Une partie de la presse germanique et des grands noms de la musique s’étonnent de cette « excommunication » alors que Valery Gergiev ne s’est toujours pas exprimé depuis le début du conflit.

Valery Gergiev et Vladimir Poutine ont commencé à nouer des liens à Saint-Pétersbourg il y a 30 ans

On ne compte plus les grandes institutions qui ont mis à l’écart ou carrément limogé Valery Gergiev depuis 2 semaines: le Philharmonique de Munich, ceux de Vienne et Rotterdam, les Festival d’Edimbourg, Verbier et Prague, la Scala de Milan, Le Carnegie Hall et, en France, la Philharmonie de Paris et le Théâtre des Champs-Élysées. Un bannissement justifié par la proximité du chef d’orchestre russe avec Vladimir Poutine qu’il fréquente depuis qu’ils ont commencer à travailler ensemble à Saint-Pétersbourg au début des années 90 et par le fait qu’il ne prenne pas position contre l’invasion de l’Ukraine. « Un silence inacceptable » selon Serge Dorny, le directeur général du Bayerische Staatsoper qui a également annulé les engagements de la formation bavaroise avec Valery Gergiev (et Anna Netrebko).

A lire aussi

 

Une mise à l’écart que certains trouvent abusive, notamment en raison justement du fait que Valery Gergiev n’a toujours pas pris publiquement position concernant l’intervention russe en Ukraine et la stratégie de Vladimir Poutine. C’est le cas du Süddeutsche Zeitung, un des trois plus grands quotidiens allemands, qui s’étonne notamment de la position du maire de Munich qui a demandé et obtenu son départ du Philharmonique local. Le journal rappelle qu’on connaît depuis longtemps les liens qui unissent le chef russe avec le maître du Kremlin et se demande donc pourquoi son contrat a été renouvelé en 2018. « S’il ne dénonce pas Poutine, Gergiev ne peut probablement être qu’un complice ! «  ironise le rédacteur en chef du journal.

Markus Hinterhäuser: « Soutenir les artistes russes plutôt que les ostraciser »

En Autriche, Markus Hinterhäuser, directeur artistique du Festival de Salzbourg et du Festival de Vienne, ne comprend pas, lui aussi, pourquoi le Philharmonique de Munich a renouvelé, il y a 4 ans, le mandat de Gergiev alors que sa proximité avec Vladimir Poutine était déjà de notoriété publique. Le dirigeant autrichien estime qu’il faudrait avant tout « soutenir les artistes russes plutôt que les ostraciser » sachant que, selon lui, beaucoup d’entre eux mettraient leur carrière en péril s’ils prenaient publiquement leurs distances avec la politique du pouvoir russe.

A lire aussi

 

En France, si Roselyne Bachelot a demandé que soient annulées ou reportées des manifestations organisées par « des artistes qui ont pris clairement position pour le régime de M. Poutine et cela de longue date », la ministre de la Culture a néanmoins rappelé qu’il n’est pas question de sommer les artistes russes de prendre position contre le régime du Kremlin. Interrogé sur le sujet par Guillaume Durand dans son émission Bande à part  (le dimanche à 19h sur Radio Classique), le compositeur de musiques de film Alexandre Desplat a déclaré : « s’il est avéré qu’il a perpétré des crimes abominables et que la justice s’en saisit, je peux comprendre. Mais avant ça, je ne vois pas pourquoi on interdit à Valery Gergiev de se produire, lui qui est un chef fantastique, un grand musicien avant tout ! ».

Philippe Gault

Retrouvez l’actualité du Classique