Amiel-Emelien : un manifeste pour “assécher le populisme par une union des progressistes”

A l’occasion de la sortie de leur livre “Le progressisme ne tombe pas du ciel”, Ismaël Emelien et David Amiel, ex-conseillers d’Emmanuel Macron, étaient les invités politiques ce mercredi 3 avril 2019 de Guillaume Durand, à 8h15

“Assécher le populisme par une union des progressistes”

“Notre conviction, c’est que la politique ne peut plus se limiter à l’action des partis et de l’Etat pour transformer la réalité” a expliqué Ismaël Emelien. L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron voit dans la publication d’un manifeste une manière de continuer le “combat intellectuel” et leur engagement politique même s’ils ne sont plus à l’Elysée. « En se coulant dans le moule de l’Etat, on a perdu le contact avec les citoyens  » regrette Ismaël Emelien. Son co-auteur David Amiel partage le même constat :

« Il faut reconquérir le lien avec les gens, y compris pour l’action publique”

Leur projet est de donner au progressisme la capacité de s’installer au cœur de la société ». David Amiel a par ailleurs souhaité dissiper un malentendu sur le clivage entre progressisme et populisme en expliquant qu’il ne résumait pas toute la vie politique. “Au fond, l’ombre portée du clivage gauche droite qui a structuré la vie politique pendant un siècle reste encore très forte” reconnait-il. L’ancien bras droit d’Alexis Kholer, secrétaire général de l’Elysée, précise aussi qu’il ne se “réjouit pas du tout de ce clivage » : on ne l’appelle pas de nos vœux. On ne l’a pas créé, on l’a constaté”. Il conclut : “notre espoir est que pour un temps donné, les progressistes puissent s’unir pour répondre aux causes profondes de la montée du populisme pour l’assécher”.

Gilets jaunes : des revendications qui font écho aux thèmes de campagne d’En Marche

“On a créé une société de la frustration dans laquelle il y a des gens qui n’ont pas accès aux opportunités qu’elles n’offrent qu’à quelques-uns. Ça ne date pas de la présidence d’Emmanuel Macron “ a analysé David Amiel. Pour Ismaël Emelien : “la manière dont les gilets jaunes ont revendiqué un certain nombre de propositions a fait écho avec ce qu’on disait pendant la campagne d’Emmanuel Macron.”. Il évoque notamment la volonté d’un travail qui paye mieux et le refus des partis politiques traditionnels.

Affaire Benalla : la diffusion d’une fausse vidéo

“J’ai commis une erreur sans savoir que c’était une erreur. J’ai été trompé sur le contenu de ce que j’ai diffusé. Je ne savais pas que la vidéo était fausse” a déclaré Ismaël Emelien.

 

Arthur Barbaresi