SAHEL : Le G5 RESSERRE LES RANGS

Retour sur la réunion qui a eu lieu hier à Pau autour d’Emmanuel Macron, les présidents des 5 pays africains confrontés aux groupes islamiste. Et un point d’interrogation sur l’avenir de la force Barkhane… Interrogation levée ce matin ?

G5 : Le rôle crucial des Etats-Unis au Sahel

Disons que ce G5 Sahel puisque c’est le nom de ce type de sommet, a permis de resserrer les rangs entre les dirigeants des pays concernés (Mali, Niger, Tchad, Burkina et Mauritanie) et le président français Emmanuel Macron qui avait été jugé un peu cavalier en décembre dans sa manière de convoquer ses 5 homologues pour un sommet finalement reporté en raison de l’attaque qui avait coûté la vie à 89 soldats nigériens… Hier, on a donc eu l’image et le son d’un front franco-africain à nouveau uni… D’abord, l’image des 6 chefs d’Etat rendant hommage aux hommes de la force Barkhane issus du 5ème régiment de Pau, tués fin novembre dans une collision entre 2 hélicoptères… Et puis, on a eu le son d’une déclaration finale des présidents participants qui ont souligné le rôle crucial des Etats-Unis dans la région, manière très diplomatique de demander aux Américains de mouiller un peu plus leur chemise plutôt que d’envisager un retrait sur la pointe des bottes… Le communiqué commun de Pau exprime également le souhait d’une poursuite de l’engagement de la France au Sahel, ce qui n’est pas très surprenant de la part de chefs d’Etat qui ne veulent surtout pas se retrouver abandonnés en plein désert dans un face à face avec les groupes djihadistes…

 

Une présence française est très critiquée par les populations sur place.

Oui et Emmanuel MACRON a tenté de contrecarrer ce sentiment antifrançais encore très répandu dans les rues de Bamako ou de Niamey… Devant ses homologues africains, le Président français s’en est pris à ceux qui colportent des discours indignes et qui sont, a-t-il dit, soit des groupements terroristes soit d’autres puissances étrangères qui veulent voir les européens plus loin parce qu’elles ont un agenda de mercenaires. Emmanuel Macron n’a pas cité de nom, mais il semble que la Russie était visée par son propos… En tout cas, joignant le geste à la parole, la France va non seulement maintenir son engagement mais elle va même envoyer 220 hommes supplémentaires qui vont s’ajouter aux 4500 effectifs de la force Barkhane… Il devrait y avoir aussi un changement de stratégie sur le terrain, c’est-à-dire que l’action militaire sera beaucoup plus concentrée dans les zones où les groupes de djihadistes sont les plus présents, et particulièrement la zone des 3 frontières (Mali, Niger, Burkina) qui est considérée comme la plus dangereuse… Quant à la cible prioritaire affichée, c’est le groupe Etat Islamique du Grand Sahara, c’est-à-dire la version Sahélienne de Daesch, un label qui recouvre en fait une mosaïque de petits groupes affiliés très mobiles…

 

Emmanuel Faux