Lucerne : De quoi en perdre les oreilles

Au bord du lac des Quatre-Cantons, les musiciens vont affluer par centaines.

Parmi la centaine de manifestations programmées, la venue de nombreux orches­tres est le fer de lance du Festival de Lucerne. Le chef letton Andris Nelsons est le " maître de cérémonie " à la tête de l’Orchestre du Festival de ­Lucerne en remplacement de Claudio Abbado : ses Brahms et Chopin (avec Maurizio ­Pollini, 22/08) rendront hommage au grand maître.
Quoi d’autre ? Le Concertgebouw d’Amsterdam à deux reprises avec Mariss Jansons et Jean-Yves Thibaudet puis Leonidas Kavakos : cela ne se rate pas (4 et 5/08) ! Pas plus que le Mariinski avec Valery Gergiev, qui associera le Concerto n° 2 de Chopin (Daniil Trifonov) avec, entre autres, la Pathétique de Tchaïkovski (31/08). L’Orchestre de l’Opéra de Paris fait aussi le déplacement. Philippe Jordan accompagnera Anja Harteros, curieusement bien rare à la Bastille (29/08)… Ne boudons pas notre plaisir avec le Gewandhaus de Leipzig et son chef Riccardo Chailly pour deux soirées, avec une préférence pour la 3e Symphonie de Mahler (8/09). Autre temps fort : Schumann sous la baguette de Bernard Haitink et l’Orchestre de chambre d’Europe, avec Isabelle Faust, puis Murray Perahia (26 et 28/08). Plus le Philharmonique de Berlin dans une Saint Matthieu de Bach mise en espace par Peter Sellars avec Rattle (3/09) et trois concerts du Philharmonique de Vienne avec Gustavo Dudamel (12-14/09).