Hulot « Ce qui me gêne, ce sont les soutiens indécents » Rachida Dati

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique
Rachida Dati, députée européenne Les Républicains
Invitée de Renaud Blanc

Hulot « Ce qui me gêne, ce sont les soutiens indécents »

A propos de l’affaire Nicolas Hulot

« De ce que je lis, il ne s’agit pas de rumeurs. Ce sont deux affaires qui ont existé. »
(…)
« Toutes ces affaires, que ce soit Hulot, Darmanin ou autres, démontrent le comportement des puissants, de ces hommes politiques totalement incorrects vis-à-vis des femmes. »
(…)
« Eux-mêmes reconnaissent qu’ils n’ont pas eu de comportements corrects envers les femmes. »
(…)
« Ce sentiment de toute puissance de ces hommes de pouvoirs traduit le fait qu’ils considéraient ne jamais se faire rattraper par la patrouille. »
(…)
« Ce qui me gêne, ce sont les soutiens indécents qui vont à l’encontre du sentiment de l’opinion publique. L’opinion publique ne supporte plus cette protection des puissants entre eux. »
(…)
« Une des personnes qui avaient déposé plainte savait que l’affaire était prescrite. Elle dit qu’elle en avait besoin. Il faut aussi respecter les victimes potentielles. »
(…)
« J’ai été choquée par les propos de Gérard Darmanin qui disait « c’est une femme de petite vertu ». Cela veut dire que si vous êtes de petite vertu et de mauvaise condition, d’une caste qui n’est pas la bonne, vous n’avez pas le droit d’être victime de viol ? Vous n’avez pas le droit de déposer de plainte ?»

A propos des rumeurs

« J’ai été très attaquée. Je me suis débattue toute seule. C’est ma vie privée. »
(…)
« On m’avait mise en cause avec mes frères. J’ai été attaquée tous les jours, matin midi et soir. Je n’ai pas été soutenue. »
(…)
« J’ai déposé plainte et j’ai gagné contre les journaux. »

A propos de Macron et la Corse

« Il a repris le même discours que tous les chefs d’Etat précédents. »
(…)
« Il y a eu des avancées en faveur de la Corse. C’est quand même la seule région dans laquelle il n’y a plus de départements. Ils ont obtenu des prérogatives et des attributions particulières qu’aucune région n’a aujourd’hui. »
(…)
« Macron a maintenu le fait que la Corse ne doit pas sortir de la République. »
(…)
« La citoyenneté est unitaire. »

A propos des prisons

« Je n’ai pas à accabler Nicole Belloubet. Cette crise des prisons dépasse la seule ministre de Justice. »
(…)
« Ce n’est pas parce que les journaux n’en parlent plus que la crise des prisons n’existe plus. Il y a des personnels pénitenciers qui sont mobilisés. Il y a encore des mouvements au sein des établissements pénitenciers. La question des prisons n’est pas encore réglée. »
(…)
« Notre système pénitencier est à améliorer. Il y a de nouvelles formes de délinquance, comme la radicalisation. La radicalisation n’existait pas il y a 10 ans. »

A propos du modèle allemand

« Je ne veux pas du modèle allemand. Quand on voit qu’il y a 13 millions de pauvres, quand il y une société totalement inégalitaire, quand vous avez des retraités qui ne peuvent pas vivre avec leur retraite. »
(…)
« Je ne souhaite pas que nos retraités, qui ont cotisé pour leur fin de vie, soient obligés de faire trois emplois pour pouvoir manger et se chauffer. »

A propos de la droite en France

« La droite n’a pas voté Macron par adhésion à ses idées. Les électeurs ont voté Macron car il était face à Marine Le Pen. »
(…)
« Aujourd’hui nous avons un programme à déterminer en faveur des classes populaires, des classes moyennes qui payent pour tout le monde, les riches et les pauvres. Elle paye la CSG, la taxe d’habitation, les impôts. (…) Les classes populaires sont la force vive de notre pays. »

A propos de Valérie Pécresse

« Valérie Pécresse est utile à notre mouvement. »