Gafa : Frédéric Duval, patron d’Amazon France, répond à Bruno Le Maire

Bruno Le Maire, le ministre de l’Economie et des Finances a déclaré hier sur Radio Classique que les géants du numérique étaient « aussi puissants que des états » et représentaient même « des adversaires des états ». Frédéric Duval, le patron d’Amazon France, lui répond ce matin dans les colonnes du Parisien.

Frédéric Duval rétorque que Amazon France a payé 420 millions d’euros d’impôts et cotisations en France

Roselyne Bachelot, Anne Hidalgo, Bruno le Maire, ils ont tous critiqué Amazon, dont le directeur français met en avant la contribution à l’économie française. Frédéric Duval défend le bilan du géant du numérique : 5.7 millards d’euros de chiffre d’affaires, 420 millions d’impôts et cotisations payés en France y compris la TVA, 9 300 personnes en CDI et 130 000 emplois indirects.

 

A lire aussi

 

Quant à accueillir les activités du petit commerce, Amazon l’a fait avant Intermarché mais pas gratuitement. Et vous lirez dans le Parisien comment fonctionne l’hypocrisie française. Amazon projette d’ouvrir un entrepôt en Alsace à Ensisheim. Une réunion pour évoquer le projet a été annulée hier par les autorités locales. En jeu : 44 000 m2 de surface au sol sur 4 étages, ouvert toute l’année, entièrement automatisés avec 650 emplois à la clé. Une aubaine pour la région sauf qu’en ce moment, il faut dire du mal d’Amazon, ça arrange tout le monde. Même si ca ne soulage en rien les difficultés du petit commerce. Ca s’appelle une tartufferie.

 

Anne Hidalgo, la maire de Paris veut défendre les petits libraires

Ainsi page 6 du cahier Ile-de-France du Parisien , le député de Seine-et Marne-Jean-François Parigi demande que l’opération Black Friday prévue le 27 novembre soit reportée. En pleine crise, il y voit une concurrence déloyale d’internet contre le petit commerce. L’élu va même jusqu’à regretter que l’opération ne soit pas encadrée par la loi. Anne Hidalgo elle, défend les petits libraires, par tous les moyens légaux. Efficace non pas pour vendre des livres, mais pour rameuter le bobo et les milieux de la culture.

 

A lire aussi

 

Et ca marche, vos journaux en parlent ce matin. Hidalgo qui lundi était à la librairie des Abbesses à Paris 18e avec l’écrivain Sylvain Tesson pour défendre les libraires indépendants, Hidalgo qui écrit à Emmanuel Macron pour rouvrir ces librairies avec pour signataires l’académicien Erik Orsenna et l’animateur de télévision François Busnel. De quoi énerver les Macronistes qui y voit surtout de l’opportunisme politique et peut-être une ambition présidentielle. Pour s’en assurer vous lirez l’Opinion page 7 « pourquoi Anne Hidalgo est soudain dans le viseur de la Macronnie » et c’est vrai que mardi Olivier Véran, le ministre de la Santé et Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement ont visé Anne Hidalgo pointant une forme de démagogie mise au service du petit commerce parisien. Ce à quoi répond un membre de l’entourage de la maire de Paris « C’est Pavlovien chez les Macronistes : quand ils sont en difficulté il attaquent Hidalgo ».

David Abiker

 

Retrouvez l’actualité du Classique