COP 26 sur le climat : 36% des Français avouent “ne pas savoir du tout” de quoi il s’agit

istock

L’urgence climatique et les enjeux liés à l’environnement font partie des préoccupations des Français à 5 mois de la présidentielle. La deuxième édition du baromètre « France 2025 » Viavoice – Generali – Radio Classique se penche sur ce sujet crucial, après l’ouverture de la COP26 sur le climat à Glasgow, en Ecosse.

La question climatique est citée en 3ème position des préoccupations des Français à 33 %

Le niveau d’inquiétude des Français a augmenté depuis la dernière étude de septembre au sujet de la situation de la France en 2025. Désormais, 65% des personnes interrogées se disent « inquiètes », en augmentation de 3 points sur un mois. Une brusque dégradation qui interpelle les observateurs en cette pré campagne présidentielle. Ce mouvement s’inscrit dans un contexte de hausse des prix de l’énergie et des matières premières, alimentant les préoccupations des Français concernant leur pouvoir d’achat. Or les sondés ont le sentiment que la campagne électorale « néglige de plus en plus leurs préoccupations ». C’est ainsi qu’on constate un clivage majeur entre les cadres et les employés et ouvriers. Si les premiers se déclarent confiants en l’avenir à 40%, les seconds sont seulement 27% à considérer le futur avec sérénité.

A lire aussi

 

Stewart Chau et François Miquet-Marty de Viavoice rappellent que le climat social était très tendu en France avant la crise du Covid-19 et suggèrent qu’il pourrait avoir empiré avec la pandémie. Au sujet justement de ce décalage entre les aspirations des Français et les thèmes de ce début de campagne, on constate que l’enjeu de l’immigration progresse de seulement 2 points (31%) chez les Français, alors qu’il est en hausse de 8 points (47%) parmi les enjeux qui semblent prévaloir dans la campagne présidentielle. Autrement dit, la thématique de l’immigration, perçue comme très présente dans les médias, ne fait pas partie des préoccupations grandissantes des Français. En revanche, il y a une meilleure adéquation entre le débat politique et les attentes de la population au sujet du pouvoir d’achat (+5 points en ce qui concerne les préoccupations des Français, +7 points dans le débat politique). La question climatique est citée en 3ème position des préoccupations à 33 %, et en 3ème position des enjeux abordés par le débat politique, à 27 %.

 

60 % des Français pensent que l’environnement aura des effets négatifs sur leur santé personnelle

Alors que la COP 26 sur le climat s’est ouvert dimanche 31 octobre à Glasgow, les Français constatent deux choses. D’abord, un manque d’information sur ce grand rendez-vous : 34% des répondants affirment qu’ils « ne savent pas trop de quoi il s’agit », 36% avouent même « ne pas savoir du tout » ce que c’est. 7 Français sur 10 ont une idée incertaine de la COP 26, malgré ses nombreux aspects décisifs. Au-delà de ce déficit d’information, les Français pointent l’inefficacité des politiques publiques en matière d’environnement. Très désabusés, 70 % déclarent que les précédentes COP n’ont pas été suivies d’effets pour lutter contre le réchauffement climatique. 4% seulement pensent qu’elles sont « tout à fait utiles ». L’étude de Viavoice révèle que les jeunes sont plus optimistes (un tiers jugent ces rendez-vous utiles), alors que les 65 ans et plus, sont bien plus pessimistes quant à l’efficacité de ces rendez-vous. 82 % pensent que ces sommets ne sont pas suivis d’effets (+ 12 points rapport à la moyenne nationale).

A lire aussi

 

Ce désabusement à la hauteur des attentes de la population : 77% des sondés reconnaissent la réalité du changement climatique, dont 29% estiment que la lutte contre ce phénomène doit être une priorité absolue. Une priorité car dans les esprits, l’environnement est directement lié à la santé. 60 % des Français pensent que l’environnement aura des effets négatifs sur leur santé personnelle. Ils mettent donc en priorité la lutte contre les produits chimiques dans le quotidien, avant celle contre la pollution des eaux et des océans. Dans ce contexte, ils plaident en faveur d’aides destinées aux entreprises pour innover en faveur du climat (73%), et de plans d’investissements massifs pour les énergies renouvelables (72%). Accompagner la transition plutôt qu’une logique radicale d’un changement de mode de vie (seuls 25% se disent favorables à l’idée de décroissance), apparentée à une écologie « punitive ».

Béatrice Mouedine

Téléchargez ici l’intégralité des résultats de la 2ème édition du “Baromètre FRANCE 2025” Generali – Viavoice – Radio Classique.

Retrouvez les Infos du jour