Cinq dans tes yeux, de Hadrien Bels : L’histoire de quatre Marseillais du Panier

Cinq dans tes yeux, de Hadrien Bels, est paru aux éditions l’Iconoclaste. J’ai adoré et pas seulement parce que je vis à mi-temps à Marseille !

 

« Cinq dans tes yeux » est une expression qui protège du mauvais œil et que vous n’entendrez qu’à Marseille

Ils sont quatre, bien sûr sans casques, sur le même scooter. Quatre jeunes Marseillais, qu’on devine d’origine plutôt nord-africaine. Que dis-je, Marseillais… du Panier, le quartier central historique, juste au-dessus du Vieux Port ! Ces quatre là sont en couverture d’un extraordinaire petit roman qui conte les aventures et le destin de Stress et de ses copains. Nous sommes dans les années 90, les Parisiens n’ont pas encore envahi Marseille et le Panier, c’est la vraie zone.

 

A lire aussi

 

Des taudis en enfilade, avec prostitution et drogue à chaque coin de rue, coups de poing faciles et couteaux vite sortis. Stress et ses copains ne sont pas des vrais malfrats, ils vivotent, essaient de surnager, font dans les petits trafics et regardent leur monde changer et disparaître. En grande partie à cause des Venants. « C’est Kassim qui a sorti ça un soir. On tombait des Heineken, on tirait sur des pétards. Un grand blond, qui venait d’acheter une des maisons du quartier, s’est ramené devant nous torse nu, en claquettes-bermuda. Il avait la tête du mec qui a pris la confiance. Il nous a demandé, avec une voix qui voulait faire copain-copain : salut les gars, vous auriez pas une ou deux feuilles à dépanner ? Kassim a levé les yeux vers lui : regarde-le-moi, ce Venant avec sa gueule d’héritier ! ».

 

« De son éducation, ma mère avait gardé qu’un enfant ça s’adapte, ça suit et ça fait pas chier »

La suite est au diapason et c’est un formidable festival d’une langue magique, imagée au possible, d’une invraisemblable richesse et d’une drôlerie confondante. Quelques exemples : « de son éducation », dit Stress, « ma mère avait gardé qu’un enfant ça s’adapte, ça suit et ça fait pas chier ». Quand sa petite amie le plaque, Stress écrit : « je suis sorti de sa vie comme on enlève un navet de son couscous ». Quand il voit son pote Ichem avec un bandana bizarre il éclate : « on dirait le fils à George Michael et Mimi Mathy ! ». Et parfois, quand il n’est pas en confiance, Stress se répète en boucle « cinq dans tes yeux », expression qui protège du mauvais œil et que vous n’entendrez que là-bas, à Marseille.

Bernard Poirette

 

Retrouvez C’est à lire