André Campra

André Campra sans l’assent.

Un Campra buissonnier en vingt-six contributions.
Le Languedoc, le collège Louis-le-Grand, les relations avec le Régent, la réécriture de Lully, les ballets, la rhétorique. D’Aix à Versailles, de l’Église à l’Opéra, de précieux documents guidés par l’érudition universitaire balisent le chemin au cœur de la fabrique musicale. Une somme dense, qui a comme unique tort de venir sans complément biographique. Ce qui en restreint l’abord et la diffusion aux seuls initiés du riant Provençal.  
Itinéraires d’André Campra, sous la direction de Catherine Cessac, CMBV/Mardaga, 438 p., 49 euros