Albina de Boisrouvray, la comtesse du coeur

Quel destin romanesque, tragique et extraordinaire ! Albina de Boisrouvray vient d’une famille aristocratique, qui a fait fortune dans les étains. Enfant, elle parcourt le monde. Jeune fille, elle devient journaliste de guerre. Elle épouse un guide de haute-montagne qui sauve les touristes imprudents au péril de sa vie. Elle devient productrice de cinéma et fréquente des stars. Son fils, l’amour de sa vie, meurt à vingt-quatre. Il était beau, brillant, intelligent, bon. L’horreur. Elle reste prostrée dans son malheur jusqu’au jour où Bernard Kouchner l’appelle pour aider les autres. Elle devient bénévole à Médecins du Monde, vend ses bijoux, ses tableaux, récolte cent millions de dollars et crée une fondation pour soutenir, éduquer et souvent sauver les orphelins victimes du sida ou de la cruauté humaine. 

Albina de Boisrouvray a touché les auditeurs de Radio Classique avec son ton pointu, sa voix chaude et son grand coeur. C’est maintenant qu’elle est vraiment riche.

Voici son programme :

Emission O.Bellamy/France Culture/21 octobre 2008/A. du Boisrouvray

Musique appréciée par-dessus tout :

Casta diva – Norma                                                                Bellini

Les 3 madeleines :

1/Que ma joie demeure (Partita n°1 en si bémol majeur) – Bach

par Dinu Lipatti (festival de Besançon, dernier récital)

2/ 5ème symphonie                                                         Beethoven – (début) par Daniel Barenboim

3/Polonaise pour piano n°6                                                                     (« Héroïque », en la bémol majeur op.53)                                                     Chopin –  par Rubinstein

Les 7 morceaux aimés :

Scènes d’enfants*                                                          Schumann                                                                                                                                      par M. Argerich si possible

Concerto 2 violons                                                               Bach – par Stern et Yehudi Menuhim

Concerto pour 4 clavecins et orchestre en La mineur                                                           Bach

Nocturnes op. 48 n° 1                                                               Chopin                                                                                                                                          par Rubinstein

Rhapsodies hongroise n) 6                                                    Liszt                                                                                                                                              par M. Argerich si possible

Ouverture de Nabucco                                                             Verdi

Carmen – premier air du 2ème acte : Dans le café de Lillas Pastia                                                        Bizet – par T. Berganza

13.10.08