Vladimir Poutine soigné pour un cancer selon Newsweek, une pure spéculation ?

Mikhail Metzel/SPUTNIK/SIPA

Alors que le conflit ukrainien s’enlise, l’état de santé de Vladimir Poutine fait l’objet de nombreuses spéculations. Selon le magazine Newsweek, un possible cancer du président russe ferait l’objet d’intenses conversations au sein de la Maison Blanche, résume Le Figaro.

L’isolement de Poutine empêche de savoir précisément quel est son état de santé

Le renseignement aurait ainsi indiqué à Newsweek que Vladimir Poutine aurait subi en avril un traitement pour un cancer à un stade avancé. Une information transmise par trois responsables du renseignement américain. Les mêmes sources ajoutent que le président russe aurait été la cible d’une tentative d’assassinat au mois de mars, sans toutefois livrer de détails. « L’emprise de Poutine est forte mais plus absolue », déclare l’un des officiers ayant lu les rapports. « Les luttes de pouvoir à l’intérieur du Kremlin n’ont jamais été aussi intenses sous son règne, tout le monde sentant que la fin est proche », ajoute-t-il. Ces trois hauts responsables, explique Le Figaro, admettent dans le même temps que l’isolement de plus en plus poussé du dirigeant russe complique la tâche d’évaluer son état de santé avec précision, et ne fait que renforcer les spéculations.

A lire aussi

 

Sergueï Lavrov, ministre russe des Affaires Etrangères, parle de « rumeurs »

On peut effectivement parler de spéculation, car juste après la publication de l’article de Newsweek, le Conseil américain de la sécurité nationale a démenti. Un démenti que l’une des sources de Newsweek s’est empressée de commenter : « même s’ils conviennent que les renseignements selon lesquels Poutine serait condamné sont fiables, ils ne peuvent pas miser sur une date ni signaler leur soutien à une Russie sans Poutine ». La source de Newsweek conclut : « Poutine est définitivement malade… S’il va bientôt mourir n’est que pure spéculation ». Alors quand vous lisez Newsweek et la synthèse du Figaro vous vous posez plusieurs questions. Pourquoi balancer des informations plus ou moins étayées sur l’état de santé du dirigeant russe ? Qui a intérêt à renseigner la presse ? Pourquoi un démenti si rapide des autorités du renseignement ? A quoi bon publier de tels éléments quand Sergueï Lavrov, le ministre des Affaires Etrangères russe lui-même, déclarait il y a 4 jours : « je laisse ceux qui répandent de telles rumeurs régler cela avec leur conscience, malgré les occasions quotidiennes qu’ils ont de vérifier ce qu’il en est ». Info ou mensonge, ce qui est certain c’est que Newsweek tient là un bon feuilleton.

David Abiker

 

Retrouvez la Revue de presse