Chef d’Al-Qaida tué à Kaboul : Sa mort est le résultat de plusieurs années d’enquête

EPN/Newscom/SIPA

Ayman Al-Zawahiri, le chef d’Al-Qaida, a été tué par les services secrets américains dans la matinée du 31 juillet. Cette opération est le fruit d’une longue enquête, et a été permise grâce à un type de missile particulier doté de lames.

« Si vous êtes une menace pour notre peuple, les États-Unis vous trouveront et vous élimineront »

Le chef d’Al-Qaida a été tué dans une frappe américaine. L’Égyptien Ayman Al-Zawahiri avait succédé à Oussama Ben Laden en 2011. Il a été tué dans la nuit de samedi à dimanche à Kaboul, en Afghanistan, selon une annonce du président américain, Joe Biden, en direct depuis la Maison-Blanche : « désormais, justice a été rendue. Ce chef terroriste n’est plus. Nous le répétons encore ce soir, peu importe le temps que cela prendra, peu importe où vous vous cachez, si vous êtes une menace pour notre peuple, les États-Unis vous trouveront et vous élimineront ». En effet, cette attaque ciblée est le résultat d’années de travail de la part des services secrets américains. D’abord, il a fallu localiser le leader de l’organisation terroriste. Sa maison familiale a donc été repérée en début d’année dans un quartier chic de Kaboul. De longs mois d’enquête et de préparation ont suivi. Le problème était que qu’Al-Zawahiri ne sortait jamais de chez lui. 

A lire aussi

Le chef d’Al-Qaida a été tué grâce à un missile doté de 6 lames qui déchiquette sa cible

Les Américains ont donc dû trouver son point faible, qui s’est avéré être le balcon de sa résidence où il passait beaucoup de temps. Les services secrets américains ont construit une maquette de la maison pour préparer l’attaque, et ont choisi d’éliminer leur cible avec un drone. Dimanche 31 juillet au matin à l’aube, le chef d’Al-Qaida a donc reçu sur sa terrasse 2 missiles non explosifs qui tuent grâce à des lames. Selon la Maison-Blanche, l’homme serait la seule victime de cette attaque. Ayman Al-Zawahiri était l’un des terroristes les plus recherchés au monde, à tel point que les États-Unis proposaient jusqu’à 25 millions de dollars de récompense pour tout renseignement permettant de le retrouver. Considéré comme l’un des cerveaux des attentats du 11 septembre 2001, sa trace avait été perdue pendant près de 10 ans. Médecin et bras droit d’Oussama Ben Laden, il avait pris sa succession à la tête d’Al-Qaïda à sa mort en 2011. L‘Arabie Saoudite à d’ailleurs réagi ce matin en se félicitant de la mort du chef de l’organisation terroriste islamiste.

Pierre Collas

Ecoutez l’intervention de Pierre Collas (à partir d’1′)

Retrouvez les Infos du jour