Sécheresse : Après un mois de juillet catastrophique, de nombreux villages risquent de manquer d’eau

istock

En juillet 2022, des records de sécheresse ont été enregistrés. De nombreux villages voient alors leur réserve d’eau s’épuiser et craignent pour la suite de l’été qui s’annonce encore aride jusqu’au 15 août. Pourtant des solutions existent afin d’économiser l’eau douce sur le territoire.

« Le mois de juillet 2022 est le plus sec enregistré en France depuis 1959 »

Le 1er août, Christophe Béchu, le ministre de la Transition écologique et de la Cohésion des territoires, a présenté des résultats alarmant quant à la sécheresse en France : « le mois de juillet 2022 est le plus sec que nous avons eu depuis juillet 1959. Il n’est tombé que 7,8 mm d’eau. On a un déficit de précipitations de 88% par rapport à ce qui aurait été nécessaire ». Il est vrai que ce mois de juillet est le second mois le plus sec jamais enregistré. Christophe Béchu était hier en déplacement dans l’Essonne, dans la forêt de Sénart où il a notamment parlé des feux de forêts liés à la sécheresse. Elle est encore accentuée cette semaine par les fortes chaleurs, à tel point que certaines communes connaissent des situations critiques. En effet, depuis plus d’un mois et demi, pas une seule goutte de pluie n’est tombée dans la commune du Tholy, dans les Vosges. Le maire, Anicet Jacquemin, explique alors que les ressources en eau sont en train de s’épuiser : « notre réserve d’eau était de 4000 m³ en hiver. On est désormais à moins du quart. Donc actuellement on a branché une source d’urgence qui fournit 40m³. Pour autant cela risque d’être insuffisant si la sécheresse ce prolonge jusqu’au 15 août comme cela est prévu ».

A lire aussi

« Il faut diversifier les cultures afin de ne pas faire exploser la demande en eau durant une même période »

Le village de 1600 habitants réfléchit aussi à recourir à des camions citernes. Actuellement en France, 40% des petits cours d’eau sont à sec. De plus, ces épisodes de sécheresse risquent de se multiplier avec le réchauffement climatique. Selon Eric Sauquet, directeur de recherche en hydrologie à l’INRAE, l’institut de recherche sur l’agronomie, Il est alors impératif de faire des économies d’eau sur le long terme : « il y a un certain nombre d’actions que l’on peut effectuer afin de préserver les ressources d’eau potable. On peut par exemple, réduire les fuites dans les réseaux d’eau. Dans le secteur agricole, on peut également diversifier les cultures sur les différents territoires. Car si l’on se cantonne à un seul type de culture, la demande en eau va exploser au même moment sur l’ensemble du territoire ». En France, l’agriculture est le secteur le plus gourmand en eau. Selon les chiffres du gouvernement, il représente 45% de la consommation de cette ressource.

Anna Huot

Ecoutez le reportage d’Anna Huot (à partir de 4’00 ») :

Retrouvez les Infos du jour