Relance du nucléaire : Une très bonne nouvelle pour l’indépendance énergétique de la France

istock

« Nous allons pour la première fois depuis des décennies relancer la construction de réacteurs nucléaires dans notre pays ». D’une simple phrase hier soir, Emmanuel Macron a relancé l’atome en France. Une très bonne nouvelle.

Le nucléaire génère 70% de notre électricité aujourd’hui

Il était plus que temps de le faire si la France veut garder son indépendance énergétique dans le futur. En fait, cela fait des années maintenant que nous avons le nucléaire honteux. Nos dirigeants n’osent plus défendre cette source d’énergie au motif qu’elle aurait été disqualifiée par les accidents de Tchernobyl et de Fukushima. Du coup, à l’heure de la transition énergétique, l’idée s’est installée dans le pays que nous pourrions réussir le tour de force de réduire nos émissions de gaz à effet de serre tout en nous passant de l’atome. Alors même qu’il génère tout de même 70% de notre électricité aujourd’hui pour un coût somme toute limité. Or cela est faux et l’Allemagne en est le meilleur exemple. La décision prise par Berlin en 2011 était de fermer ses centrales nucléaires.

A lire aussi

Cela ne veut pas dire pour autant qu’il faut renoncer au développement du renouvelable

Cela s’est traduit notamment par un recours accru au charbon pour la production d’électricité. D’un point de vue environnemental, le résultat de ce choix est tout simplement désastreux. Alors que les énergies renouvelables sont deux fois plus développées qu’en France, la moitié à peine de la production électrique allemande est décarbonée. Pour mémoire, chez nous cette part dépasse les 90%. Il est donc impératif de s’attaquer à la modernisation de notre parc nucléaire aujourd’hui vieillissant, pour garder notre principal atout énergétique, comme le propose le chef de l’Etat. Et cela ne veut pas dire pour autant renoncer au développement du renouvelable dont nous aurons aussi besoin pour répondre à des besoins en électricité qui vont exploser dans les prochaines décennies. Mais cela nous laissera le temps de faire monter en puissance ces sources d’énergie alternatives sans avoir à gérer une flambée des tarifs de notre électricité.

François Vidal 

Retrouvez les Infos du jour