Denis Podalydes, un comédien à l’Opéra

Denis Podalydès monte Fortunio d’André Messager (d’après une pièce de Musset) à l’Opéra Comique. La première est ce soir. Son intelligence et la justesse de ses réflexions sur la musique nous incitent à y aller. J’ai souvent remarqué que les comédiens étaient rarement de mauvais metteurs en scène. Souvenons-nous de La nuit du chasseur de Charles Laughton au cinéma.

Voici son programme :

– Un morceau de musique classique qu’il aime par dessus tout.

air de Barberina dans les Noces de Figaro

– 3  « madeleines » musicales.

Wagner: ouverture de Tannhauser

Rameau: Les Indes galantes (« forêts paisibles » dans l’enrg de W. Christie,

c’est le disc 3, plage 10 je crois)

Monteverdi : Tancrede e Clorindo (tout début)

– 6 à 7 morceaux de musique classique.

Janacek ouverture de la Maison des morts

Stefano Landi « Homo fugit velut umbra » (dans le disc du même nom)

Fortunio d’André Messager: « j’aimais la vieille maison grise » air de

Don Pasquale de Donizetti: ouverture (Toscanini

Stravinsky: Pulcinella (la sérénade)

Beethoven sonate n°19 andante.

Ravel: chanson: « Doux oiseaux de paradis » (L.Equilbey)