« 100 000 places vacantes dans l’enseignement supérieur » Frédérique Vidal

Ce matin à 8h15 sur Radio Classique

Frédérique Vidal, ministre de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation.

Invitée de Guillaume Durand

« 100 000 places vacantes dans l’enseignement supérieur »

Extraits :

A propos de l’appel de Mélenchon aux élèves à manifester
« Jean-Luc Mélenchon a un discours totalement anxiogène. »

A propos du dernier jour de l’admission post bac

« La plateforme APB [ndlr – Admission Post-Bac] se clôture ce soir, mais ne ce n’est pas pour autant que nous ne travaillons plus avec les candidats. »
(…)
« L’objectif est de travailler au plus près du terrain avec le maximum de candidats pour leur trouver des places. Les réponses au travers de la plateforme vont se poursuivre jusqu’au 30 septembre, et au-delà, nous continuons de les accompagner. »

A propos de l’enseignement supérieur

« Nous sommes en train de construire le nouvel enseignement supérieur pour la réussite des étudiants »

A propos de la rentrée des universités

« Je remercie l’ensemble des facultés qui ont fait preuve de beaucoup de responsabilités et qui ont accueilli au maximum les étudiants (…) On ne peut pas aller au-delà de certaines limites, car nous avons des contraintes de sécurité qui font que nous ne pouvons pas accueillir tout le monde dans ces filières-là. (…) C’est toute la difficulté car il reste presque 100 000 places vacantes dans l’enseignement supérieur mais qui ne correspondent pas aux souhaits des candidats. »

A propos de la sélection des universités

« Je ne souhaite pas la sélection et je veux qu’on arrête de tirer au sort. C’est tout l’objet de la concertation, comment concilier ces deux exigences. »
(…)
« La façon de le faire est de permettre une meilleure information et une meilleure orientation. »
(…)
« 23 académies supplémentaires utiliseront, en 2018, le principe de recommandation de classe pour que l’élève accède au BTS. »
(…)
« Il faut qu’on trouve des solutions en personnalisant, en rendant les parcours plus flexibles et en accompagnant l’élève vers la réussite. »
(…)
« Il faut qu’on dise [aux élèves] quels sont les prérequis pour qu’ils sachent de quoi ils ont besoin pour réussir, et que l’on mette en place ces moyens pour qu’ils puissent acquérir ces prérequis. »

A propos d’un plan d’investissement pour la rénovation pour les universités

« Les universités sont accompagnées dès qu’elles ont des difficultés financières. »
(…)
« Le gouvernement a fait la démonstration d’investir dans la jeunesse (…) c’est pour cela que le budget de l’Education nationale a augmenté (…), que le budget de mon ministère a aussi augmenté pour 2018. C’est en tout plus de 2 milliards d’euros d’augmentation. »

A propos de la privatisation de l’Education nationale

« Les universités sont en capacité d’avoir des fondations, qui justement leur permettent de travailler avec des mécènes. Mais c’est plutôt la mentalité qui fait que nous ne travaillons pas comme ça en France. Dans de nombreux pays les étudiants sont extrêmement fiers des universités dans lesquelles ils ont fait leur étude et donc naturellement donnent de l’argent pour leur université. »
(…)
« C’est cette fierté d’avoir fait des études que l’on doit transmettre à nos étudiants, et pour cela on doit les accompagner vers la réussite. »