Ce Crime est à moi, de Philippe Ridet : le meurtre a-t-il réellement eu lieu ?

Ce Crime est à moi de Philippe Ridet est paru en début d’année aux éditions des Equateurs. Je viens seulement de le lire, je ne l’ai pas regretté !

Philippe Ridet est journaliste au Monde

Dans une ville que l’on suppose pouvoir être Bourg-en-Bresse, la piscine Alain-Gottvallès, à l’été 1974, était le centre de l’animation urbaine. C’est là que Martine Amouroux, 20 ans, est tombée amoureuse du maître-nageur Didier Cornaton, 24 ans. Il était beau et plaisait aux filles. Pour lui Martine n’était qu’une aventure. Pour elle, il était tout. Quand elle a compris qu’il la quittait, elle l’a tué, d’une seule balle de carabine en plein cœur. Ensuite, elle s’est rendue : à sa famille et aux gendarmes. Aux Assises, Martine a écopé d’une peine légère, pour crime passionnel. Le procureur a plaidé la préméditation ; il a perdu.

« La France giscardienne de province comme vous l’avez vécue, le plein emploi, le restaurant des notables, Catherine Ribeiro et Bernard Lavilliers à la radio »

« Ce meurtre est mon compagnon secret. Il s’insinue dans ma vie. Parfois deux ou trois mois se passent sans que j’y pense, puis il revient me hanter. Je n’y peux rien ». Ainsi parle le narrateur, qui dit avoir bien connu Martine et Didier et dont la vie a été bouleversée par le crime de Melle Amouroux au point de se l’accaparer. Et au point que nous lecteurs nous posions la question : quel rôle a-t-il vraiment joué dans la mort de Didier Cornaton ?

A lire aussi

 

« Il » s’appelle Philippe Ridet. Il est journaliste au Monde et son récit de l’affaire est tout simplement enthousiasmant. Et d’ailleurs… ce meurtre a-t-il vraiment eu lieu ou est-ce une invention romanesque ? C’est un vrai tour de force littéraire, totalement sincère et réaliste. La France giscardienne de province comme vous l’avez vécue, le plein emploi, le restaurant des notables, Catherine Ribeiro et Bernard Lavilliers à la radio. Tout cela en 200 pages, serrées comme un petit noir au zinc. Extra.

Bernard Poirette

 

Retrouvez C’est à lire