Riccardo Minasi dirige Carl Philipp Emanuel Bach

Fantaisie et sensibilité

Dans la famille Bach, je demande… Carl Philipp Emmanuel : il s’agit du second fils du grand Jean-Sébastien qui fut de son vivant, on a tendance à l’oublier aujourd’hui, plus célèbre que son père. Maillon indispensable entre le baroque et le classicisme, le courant dit Empfidsamkeit (sensibilité, sentiment) trouva en lui son représentant le plus charismatique. Un contemporain jugea ainsi les six symphonies « hambourgeoises » : Jamais une composition musicale d’un caractère plus élevé, plus audacieux, plus humoristique, n’est née d’une âme aussi géniale ». Délicat, pour nous qui avons dans l’oreille les grandes massifs du XIXe siècle, de recouvrer cet émerveillement devant ces chefs-d’œuvre du XVIIIème. Pour le chef Riccardo Minasi réside là le pari à tenir : « Bien sûr, il existe des grandes œuvres telles que la Sérénade de Tchaïkovsky ou les Métamorphoses de Strauss, mais il n’y a certainement aucune musique où l’on doive jouer de façon si pure et si claire, si cristalline, si apollinienne et si inspirée. »
Sachant que Riccardo Minasi (né en 1978) s’est fait la main à l’opéra, nul doute qu’il insufflera un peu de théâtre à ces partitions. Le chef italien est à la tête de l’Ensemble Resonanz, réputé pour l’éclectisme de son répertoire allant de Lully à … Iannis Xenakis ; difficile de manquer de « fantaisie » dans ces conditions !

Riccardo Minasi et l’Ensemble Resonanz jouent les Six Symphonies de Hambourg de Carl Philipp Emanuel Bach (1 CD ES DUR)