Nicolas Angelich : la poésie dans les doigts

Né en Amérique et vivant en France, c’est l’un des plus grands pianistes du monde. Il a la sonorité, la pensée, la poésie. Nicholas Angelich est avec nous en direct et en public du Grand Théâtre de Provence ce soir

Nicolas Angelich commence l’étude du piano à l’âge de cinq ans avec sa mère et donne son premier concert à sept ans

Il commence l’étude du piano à l’âge de cinq ans avec sa mère et donne son premier concert à sept ans avec un orchestre de chambre. Il Bonne pédagogue et technicienne, sa mère le laisse dans un premier temps plutôt libre des œuvres qu’il aborde. Cela lui permet de découvrir la musique à son rythme et de fonctionner par coups de cœur.

Puis il arrive en France à l’âge de treize ans, et élargit son cercle de professeurs et de mentors : il intègre le Conservatoire national supérieur de musique de Paris et travaille sa technique avec les plus grands. Ses professeurs sont alors Aldo Ciccolini et Yvonne Loriod, puis Léon Fleischer et Maria Joao Pires.

Sa carrière prend alors son envol et il enchaîne les premiers prix internationaux lors des concours « jeunes talents ». L’extrême sensibilité artistique du pianiste l’impose rapidement comme un virtuose de premier plan. Ses interprétations de Beethoven, Brahms et Ravel l’inscrivent au sommet des artistes de sa génération.

Il jouera le 18 avril au Festival de Pâques

Au Festival de Pâques le 18 avril à 20h30, vous pourrez l’entendre dans les Quintettes de Brahms avec les frères Capuçon, Guillaume Chilemme, Adrien La Marca, Raphaëlle et Edgar Moreau ainsi que Gérard Caussé.

 

Ecoutez Nicolas Angelich au micro d’Olivier Bellamy ce soir, en direct et en public du Grand Théâtre de Provence