Jean Rouaud, 111 ans après

Cachez ce voile que je ne saurais voir… Jean Rouaud s’inquiète d’une certaine « marranisation » de la société. Son livre a le mérite de poser des questions franches et d’aller à contre-courant de l’opinion générale. Sur Air France, on peut prendre un repas sans porc alors qu’il n’y aurait plus le choix pour des enfants qui mangent à la cantine. Etrange vision de la laïcité qui exclut au lieu de respecter les différences.

Voici son programme :

– Scarlatti, Sonate K27 en si mineur, Scott Ross, clavecin
– Bach , Concerto pour hautbois BWV 974 en ré mineur, Hans Peter Westermann, hautbois
– Mozart , Le Mariage de Figaro, « Contessa Perdono », sous la direction de John Eliot Gardiner
– Schubert, Winterreise, « Gute Nacht »

Trois madeleines :

– Gilbert Bécard, « Le jour où la pluie viendra »
– Debussy, La fille aux cheveux de lin
– Francis Cabrel, « Mandela, pendant ce temps »