Frantz, fresque de l’entre-deux-guerres

« Frantz », de François Ozon, avec Paula Beer, Pierre Niney, Cyrielle Clair, Alice de Lencquesaing

Au lendemain de la Grande Guerre, dans une Allemagne humiliée et pleine de rancœur, Anna [Paula Beer], une jeune femme à la silhouette noire, s’attache tous les jours à fleurir la tombe de son mari mort au front.  Bientôt, elle surprend Adrien [Pierre Niney], un soldat français venu se recueillir auprès de Frantz. Il se présente comme ayant été l’ami de son défunt mari et dès lors commence une relation liée au fantôme de Frantz. Entre mensonge, secret, trahison et culpabilité, cette histoire est une parfaite mise en abîme de l’ambiance nationaliste revancharde d’après-guerre. L’animosité des plus jeunes, l’oubli des anciens, et finalement, deux pays heurtés par les mêmes maux et plongés dans les mêmes interrogations.  
Sur cette toile de fond romanesque, on découvre deux acteurs d’une justesse incroyable. Paula Beer dégage une retenue troublante, et Pierre Niney, terrassé par la culpabilité, donne à Adrien une sobriété mystérieuse. Avec ce film de l’entre-deux guerres, François Ozon étudie le terrible jeu de miroir entre la France, sortant d’une victoire de Pyrrhus, et l’Allemagne, détruite par la honte de la défaite. C’est avec la pièce de Maurice Rostand Broken Lullaby [1931], reprise par le cinéaste Lubitsch, qu’Ozon a travaillé la trame de Frantz. Alors que Lubistch décidait de traiter le point de vue français, François Ozon choisit celui d’Anna, une femme allemande meurtrie par le deuil. Les deux personnages évoluent dans une fresque en noir et blanc, mais le retour à la couleur par certains moments nous souligne des moments de bonheur et d’aveuglement d’Adrien et Paula. Nous ne cessons d’être tiraillés pour cette histoire impossible et belle.
« Frantz » est certainement le film de cette rentrée, salué par le public et acclamé lors de la Mostra de Venise.
François Ozon et Pierre Niney étaient les invités de Radio Classique en septembre dernier pour répondre aux questions de Claire Chazal. Pour (ré) écouter l’interview, c’est ici :
Pour voir la bande-annonce : http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19563161&cfilm=240836.html