Ai WeiWei, l’art et le poing levé

Du 3 septembre au 8 octobre, venez (re)découvrir l’œuvre poignante de l’artiste chinois Ai WeiWei.
On reconnaît d’ordinaire le travail d’Ai WeiWei aux dimensions grandioses qu’il confère à ses œuvres. Pourtant cet automne, l’activiste et artiste chinois choisit l’intimité de la petite galerie Max Hetzler pour prendre ses quartiers parisiens, le temps d’une exposition. Rassurez-vous, le caractère gigantesque des installations reste de mise. Pas de surprise : Ai WeiWei saura encore nous étonner.
Avec ses photographies, sculptures et peintures, Ai WeiWei est un artiste engagé. Ses productions sont devenues indissociables de ses actions courageuses en faveur de la justice et des droits de l’homme, ce qui lui a valu d’être incarcéré et blessé par la police chinoise plusieurs fois. Sous la pression du gouvernement répressif, il continue de hurler sa révolte. Plus récemment, il s’est engagé pour la cause des réfugiés syriens.

Les œuvres présentées dans l’exposition témoignent de la variété des matériaux et techniques employées par cet artiste protéiforme. Treasure Box est un cube en bois de rose précieux ou huali (utilisé depuis la Dynastie Ming, 1368-1644) entièrement fixé à l’aide de mortaises et tenons dissimulés, sans qu’il n’ait eu recours à la moindre vis. Cette version géante de boîte à secret ou casse-tête chinois traditionnel dissimule en son centre une construction cylindrique. Les faces du cube composées d’une multitude d’hexagones dévoilent par endroits l’intérieur de la structure, formée d’une combinaison complexe de tablettes. Une fois ouverte, l’œuvre dévoile de multiples compartiments aux finitions remarquables. Treasure Box fait partie d’une série de cubes aux dimensions similaires (un mètre de côté), réalisés respectivement en ébène, cristal et thé compressé. Les œuvres de Ai WeiWei fascinent !