Tout Puccini à La Scala

Riccardo Chailly retourne à l’original de Madame Butterfly

 Comme chaque 7 décembre, jour de la Saint-Ambroise, le patron de la ville, tout ce que Milan compte de mondanité se donnera rendez-vous dans le plus célèbre théâtre du pays, La Scala, pour le début de la saison lyrique. Une saison placée sous le signe de Giacomo Puccini puisque Riccardo Chailly, son directeur musical, envisage d’y donner l’intégralité de ses opéras. Réputé pour sa réflexion sur le texte, le chef recourt souvent à des choix interprétatifs décapants (son Oratorio de Noël de Bach adopte des tempos particulièrement rapides) ou à des versions peu usitées d’œuvres connues (ainsi de sa Symphonie écossaise de Mendelssohn selon la partition princeps de 1842). Mais cette habitude lui vaut aujourd’hui les foudres de Simonetta Puccini qui, interrogée récemment par le magazine Di Più, a fait part de son dissentiment au sujet de la version de Madame Butterfly choisie pour la soirée d’ouverture de la saison : « Cela va à l’encontre des vœux de mon grand-père », a-t-elle déclaré.
Il s’agit en effet de la version originale de 1904, laquelle essuya un échec cuisant à sa création, et que le compositeur remania à plusieurs reprises jusqu’au succès jamais démenti de 1907. Les opéras de Puccini étant désormais tombés dans le domaine public, la descendante du maître de Lucques ne dispose d’aucun recours juridique pour faire valoir son opinion. Opinion partagée par Mirella Freni – interprète inoubliable du rôle éponyme – tandis que d’autres saluent l’initiative, telle Katia Ricciarelli. Cette Butterfly vaut-elle la peine d’être ressuscitée ? Réponse le 7 décembre prochain, mais à trop bousculer les habitudes, Riccardo Chailly risque de susciter les sifflets et autres lazzi qui font la réputation du redoutable public céans…