Eugen Jochum dirige l’Orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam

Grand Concert du dimanche soir

Catholique fervent, traditionaliste assumé, le chef Eugen Jochum (1902-1987) était considéré comme un spécialiste du répertoire austro-germanique, principalement symphonique, du XIXe siècle. Si ses enregistrements des symphonies et de la musique religieuse de Bruckner demeurent des références, Eugen Jochum fut aussi un éminent brahmsien et beethovenien. C’est d’ailleurs avec l’orchestre du Concertgebouw d’Amsterdam qu’il enregistra sa deuxième intégrale des symphonies de Ludwig van, à la fin des années 60.
Ce dimanche soir, Francis Drésel nous propose de le retrouver à la tête de la phalange hollandaise à la faveur de concerts donnés dans les années 70. Au programme : l’Ouverture des Maître chanteurs et l’Enchantement du Vendredi Saint de Richard Wagner (1972), le Concerto pour piano de Schumann avec Martha Argerich (1977) et la Quatrième Symphonie de Brahms (1976). Après une cantate de Bach en compagnie d’Elly Ameling (1973), Eugen Jochum dirigera pour finir les orchestres de Berlin et de la Radio Bavaroise dans Haydn (Symphonie n° 88/1961) et Mozart (Concerto pour piano n° 18, de nouveau avec Martha Argerich/1973).