Erwin Schrott : « La liberté ou la mort »

La première fois que j’ai rencontré Erwin Schrott, c’était il y a cinq ou six ans. Il chantait Don Giovanni à l’Opéra de Séville et, le lendemain, lors d’un entretien sur une terrasse de la ville andalouse, j’ai été séduit par sa chaleur et son intelligence.
Son programme est le reflet de sa vie, de ses racines uruguayennes et de sa passion au moment où a eu lieu l’interview.
A ce propos, j’appelle certains commentateurs de ce blog à une certaine bienveillance, qui est, selon moi, une dépendance des forces de l’esprit. Quand je lis : « le programme de tel invité est bon ou mauvais », je suis surpris. Comment peut-on juger les goûts d’une personne ? Au nom de quoi ? On peut dire : je ne les partage pas. Ou alors on explique : « pour moi, ce goût est mauvais pour telle raison » et ainsi la discussion est ouverte. Mais agir comme un procureur ou un gardien du temple est contraire à l’esprit de cette émission basée sur le partage. Cela ne veut pas dire qu’il faut être un béni oui-oui. On a le droit d’être peu réceptif à un invité, à son programme, à son oeuvre, mais on a le devoir moral de respecter les personnes, d’essayer de les comprendre au lieu de les juger.
De même, je suis surpris lorsque je lis : « cette personne n’a rien à faire dans Passion Classique ». N’est-ce pas un abus de pouvoir ? Cette émission est faite pour l’auditeur, mais cela ne l’autorise pas à agir comme un tyran.
J’espère que cette petite mise au point sera bien comprise. Il ne s’agit pas de dénoncer des dérapages ou de désigner des coupables, mais simplement de rappeler, très gentiment, des principes fondamentaux pour que la discussion soit enrichissante pour tous.
Voici le programme d’Erwin Schrott :

Erwin Schrott : Gracias a la vida

Vivaldi, concerto per molti strumenti in C Major.
:
Beethoven, Piano concerto n 4 G Major op. 58 (2e mvt)

Bach, Partita n 3 in E, BWV 1006

Madeleines :

Los Pajaros Perdidos, Piazzolla
Insensatez,
Carlos Gardel

La mort :

Alfonsina y el mar by Mercedes Sosa,

L’amour :

Tangos de la repompa by Las Migas

La vie :

Con la mano levanta , by Macaco,