Trois Quintettes avec deux violoncelles de Luigi Boccherini

Où l’on apprend que l’auteur du célèbre menuet avait plus d’une corde à son violoncelle

Luigi Boccherini étudie avec succès le violoncelle et la composition dans sa ville natale de Lucques, au point de se produire en public dès l’âge de treize ans. Après avoir complété ses études à Rome, il entreprend de nombreux voyages en Europe puis finit par s’établir à Madrid, où il met son art au service de différentes cours. Comme Domenico Scarlatti avant lui, Boccherini a été sensible au folklore espagnol (Quintette avec guitare « Fandango », Quintette à cordes « La Musica notturna delle strade di Madrid ») tout en promouvant le style « galant » qu’il assortit à son tempérament raffiné et original. Violoncelliste virtuose et compositeur fécond – son catalogue comprend quelque 580 œuvres -, il a considérablement contribué à l’essor de l’instrument : pas moins de douze concertos pour violoncelle et de nombreuses pièces de musique de chambre parmi lesquelles le Quintette op. 11 n° 5 d’où est issu le célèbre « Menuet », quintessence du style classique.
« Dans leur disposition générale comme dans leur style, les trois quintettes réunis sur ce disque illustrent la variété et la liberté formelle de Boccherini : que le premier violon et le premier violoncelle soient délibérément mis en avant, ou que les rôles soient plus équilibrés, le compositeur n’avait pas son pareil pour faire sonner le groupe instrumental de façon à créer un espace limpide et miroitant, traversé de zones d’ombres et de brusques éclats de lumière… », nous dit la notice.
Luigi Boccherini : Quintettes avec deux violoncelles G. 287, 318 & 347. Ensemble Explorations (1 CD Harmonia mundi)