Concert de l’Orchestre National d’Auvergne dirigé par Roberto Gorès Veses avec le pianiste Ismaël Margain aux Invalides

Concert de l’Orchestre National d’Auvergne dirigé par Roberto Gorès Veses avec le pianiste Ismaël Margain aux Invalides

Concert enregistré mardi 26 mars. Roberto Forès Veses dirige l’Orchestre National d’Auvergne et le pianiste Ismaël Margain dans un programme Mozart et Arnold Schoenberg depuis la Cathédrale St-Louis des Invalides, en direct sur Radio Classique.

 

Revivez deux extraits de ce concert exceptionnel

 

S’inscrivant encore dans la période tonale du compositeur, La Nuit transfigurée, inspirée d’un poème de Richard Dehmel, valut à Schoenberg un scandale, lors de sa création à Vienne. Cette partition pour cordes, d’un lyrisme exacerbé, n’illustrant ni action ni drame mais s’attachant à dépeindre et à exprimer des sentiments humains, il semble que, de ce fait, elle puisse être appréciée comme musique pure, nous précise Schoenberg.

Revenant à Mozart, grâce auquel il a été consacré par un troisième Grand Prix et un Prix du Public lors du Concours international Long-Thibaud de 2012, avant d’être nommé Révélation Soliste Instrumental lors des Victoires de la Musique Classique 2015, Ismaël Margain a porté son dévolu sur le virtuose Treizième Concerto pour piano, dernier volet du triptyque viennois (avec les Concertos n° 11 et 12) composé durant l’hiver 1782-1783.

 

En partenariat avec le CIC

 

Artistes :

  • Orchestre National d’Auvergne
  • Roberto Forès Veses, direction
  • Ismaël Margain, piano

Programme :

  • Arnold Schoenberg : La Nuit transfigurée, pour orchestre à cordes
  • Wolfgang Amadeus Mozart : Concerto pour piano et orchestre n° 13 en ut majeur K. 415

Revivez deux extraits de ce concert exceptionnel

 

S’inscrivant encore dans la période tonale du compositeur, La Nuit transfigurée, inspirée d’un poème de Richard Dehmel, valut à Schoenberg un scandale, lors de sa création à Vienne. Cette partition pour cordes, d’un lyrisme exacerbé, n’illustrant ni action ni drame mais s’attachant à dépeindre et à exprimer des sentiments humains, il semble que, de ce fait, elle puisse être appréciée comme musique pure, nous précise Schoenberg.

Revenant à Mozart, grâce auquel il a été consacré par un troisième Grand Prix et un Prix du Public lors du Concours international Long-Thibaud de 2012, avant d’être nommé Révélation Soliste Instrumental lors des Victoires de la Musique Classique 2015, Ismaël Margain a porté son dévolu sur le virtuose Treizième Concerto pour piano, dernier volet du triptyque viennois (avec les Concertos n° 11 et 12) composé durant l’hiver 1782-1783.

 

En partenariat avec le CIC

 

Artistes :

  • Orchestre National d’Auvergne
  • Roberto Forès Veses, direction
  • Ismaël Margain, piano

Programme :

  • Arnold Schoenberg : La Nuit transfigurée, pour orchestre à cordes
  • Wolfgang Amadeus Mozart : Concerto pour piano et orchestre n° 13 en ut majeur K. 415
" />