L’époustouflant Saül de Haendel au théâtre du Châtelet

Il est l’un des metteurs en scène les plus inventifs du moment,  Barrie Kosky nous délivre un Saül de Haendel époustouflant au Théâtre du Châtelet. Après deux ans et demi de travaux, le théâtre parisien a rouvert ses portes en septembre dernier et présente et présente une saison 2019-2020 éclectique comptant sur de grands temps forts lyriques comme ce Saül si audacieux.

Une mise en scène novatrice et puissante encensée par la critique

Luttant contre l’idée d’un opéra réservé à quelques uns, l’australien de 52 ans nous propose une version audacieuse et truculente du célèbre oratorio. Inspiré d’un drame biblique basé sur le livre de Samuel, Saül a souvent fait l’objet de mises en scène. Celle de Barrie Kosky, produite par le Festival de Glyndebourne en 2015, est haute en couleurs avec ses costumes étincelants se détachant d’un fond noir et d’un sol recouvert de terre. Composé en 1739 par Haendel à l’apogée de sa gloire en Angleterre, cette version scénique constitue une véritable plongée dans la folie meurtrière du roi Saül, qui accueille avec jalousie le retour de David qui vient de terrasser Goliath . A la tête de la Komische Oper de Berlin, Barrie Kosky revisite les œuvres du répertoire de manière véritablement novatrice avec audace et intelligence. La presse internationale est laudative : le Time parle de  « mise en scène déchainée »,  « à couper le souffle » pour The Guardian.

 

Une somptueuse production qui donne naissance à un incroyable mélange théâtral

 Cette somptueuse production associe musique baroque et chorégraphie contemporaine :  une alliance des genres impressionnante !  Au casting :  Laurence Cummings dirigera Les Talens LyriquesChristopher Purves dans le rôle-titre (Roi d’Israël), Karina Gauvin (sa fille aînée Merab), Anna Devin (sa cadette Michal), Benjamin Hulett (son fils Jonathan), Christopher Ainslie (son successeur David) ainsi que Stuart Jackson et John Graham-Hall en Grand Prêtre et sorcière…

 

Ne ratez pas Saül de Haendel au Théâtre du Châtelet du 21 au 31 janvier. Réservation :  ici 

 

Arthur Barbaresi