PIANO A LYON – Opus 18

Des virtuoses de haut vol ont été révélés lors des dernières éditions des grandes compétitions internationales ! Autant d’étoiles qui se mettent à briller dans la galaxie des pianistes et de fleurons qui donnent à notre belle école française toutes ses lettres de noblesse. Ce 18ème opus de Piano à Lyon est placé sous le signe de la jeunesse, et ouvrons donc les festivités avec deux « nouvelles stars » du clavier, les frères néerlandais Arthur et Lucas Jussen, qui interprètent avec fougue quelques grandes pages du répertoire pour quatre mains et deux pianos.

Le lorrain Jonathan Fournel, Premier Prix du Concours Reine Elisabeth à Bruxelles, a subjugué le jury en interprétant Brahms à huis clos, en plein confinement ; Bruce Liu, canadien d’origine chinoise, né à Paris, vainqueur quant à lui du 18ème Concours Chopin de Varsovie, l’un des plus prestigieux, enchaîne les tournées internationales et enflamme les audiences à chacune de ses apparitions. Les deux mascottes nous donnent la primeur de fouler la scène de la salle Molière, et c’est un immense privilège !

Nous aurons également celui d’applaudir la violoniste Manon Galy, « révélation » des dernières Victoires de la Musique Classique et lauréate du Concours de Musique de Chambre de Lyon en duo avec son pianiste, le cubain Jorge Gonzalez-Buajasan. Avec le violoncelliste Maxime Quennesson, ils ont fondé le Trio Zeliha et revisitent, entre autre chef d’œuvre, le mémorable Trio op. 100 de Schubert que Stanley Kubrick a rendu célèbre dans son film Barry Lyndon.

Mais que serait une saison de Piano à Lyon sans Martha Argerich, qui revient avec son compagnon de route de toujours, le violoncelliste Mischa Maisky ; sans Gautier Capuçon, de retour en duo avec Frank Braley, son partenaire privilégié ; sans l’inclassable Khatia Buniatishvili, à l’instinct félin, qui éblouira le public par son époustouflante virtuosité ;  sans Renaud Capuçon, découvreur de jeunes talents qu’il se plaît à présenter lors du Festival de Pâques à Aix-en-Provence. Il a choisi de partager l’affiche de son récital avec Guillame Bellom, l’un des plus émergents de la nouvelle génération.

L’Opéra de Lyon nous accueille dès cette saison pour deux rendez-vous à marquer d’une pierre blanche, l’un avec Nikolaï Lugansky et l’autre avec François-Frédéric Guy. Ce dernier rendra hommage à Chopin, à qui il dédie son dernier disque.

 

En route pour un nouveau voyage musical, et un grand merci pour votre indéfectible fidélité.

 

Jérôme Chabannes – Directeur Artistique

Plus d’informations