Claudio Abbado dirige l’Orchestre du festival de Lucerne

Grand Concert du dimanche soir
En 1986, Claudio Abbado cède le poste qu’il occupait à la Scala de Milan à son rival Riccardo Muti ; mais il recule pour mieux sauter : non seulement l’attend la direction de l’Opéra de Vienne – la ville de ses études – mais il est élu, contre toute attente et à l’unanimité des musiciens, à la tête du Philharmonique de Berlin en 1989. Succéder au règne d’Herbert von Karajan n’est pas chose aisée. Aussi le Milanais imprime-t-il sa marque en douceur, allégeant la pâte orchestrale et ouvrant progressivement le répertoire au XXe siècle. Mais Abbado ne s’est pas dérobé au jeu des tournées et à leur ambiance festive, ainsi qu’en témoigne la série des « Concerts européens ». En août 2003, il ressuscite l’Orchestre du Festival de Lucerne fondé en 1938 par Arturo Toscanini et abandonné en 1993, avec des instrumentistes issus des orchestres qu’il a dirigés.
Ce dimanche soir, nous l’entendrons à la tête de cet Orchestre de Lucerne à l’occasion d’un concert donné en 2008 intitulé « Nuit russe » avec des oeuves de Tchaïkovsky (La Tempête), Rachmaninov (Concerto pour piano n° 2, soliste : Hélène Grimaud) et Stravinsky (Suite de L’Oiseau de feu). En complément de programme, Francis Drésel nous propose la Burleske pour piano et orchestre de Richard Strauss avec Martha Argerich, puis la Messe D. 950 de Schubert (Vienne/1986) et la Sérénade « Haffner » de Mozart (Berlin/1996).