Niels Gade

(1817-1890) Epoque romantique

Fils d’un menuisier facteur d’instruments de Copenhague, Niels Gade mène de front les carrières de violoniste et de compositeur sous les auspices de Felix Mendelssohn qu’il rejoint au Gewandhaus de Leipzig en 1843, avant de retourner cinq ans plus tard dans son Danemark natal afin d’y assurer la direction de la Société musicale de Copenhague. Un romantisme tempéré inscrit tout droit dans la descendance de Mendelssohn, agrémenté au besoin d’une mélodie populaire danoise, caractérise le langage musical de Niels Gade qui, tout attaché qu’il fut à la tradition musicale germanique, n’a pas manqué d’encourager les débuts de jeunes compositeurs contemporains nordiques, tel Edvard Grieg. Il est notamment l’auteur d’ouvertures de concert (Souvenirs d’Ossian, Hamlet) et de huit symphonies.