« Wauquiez veut clairement perdre cinq ans pour la France » Sébastien Lecornu

Ce matin à 8 h 15 sur Radio Classique

Sébastien Lecornu, secrétaire d’Etat auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire

Invité de Renaud Blanc

« Wauquiez veut clairement perdre cinq ans pour la France »

Extraits

A propos des Républicains

« Voilà ce qui arrive quand une famille politique n’est plus digne. »
(…)
« Après le premier tour de la présidentielle, il y a eu une première rupture de la digue, [dans l’absence de choix] entre le FN et Emmanuel Macron. Deuxième rupture de digue (…) : on exclut celles et ceux qui ont fait le choix de servir le pays plutôt que de servir purement le parti. »
(…)
« Une troisième digue est en train de sauter : comme ils ne sont plus audibles, qu’il n’y a plus de ligne politique (…) [ils] commencent à tomber dans le quolibet, dans l’insulte, dans les propos faciles. »
(…)
« Les masques tombent : [il est] dit clairement par M. Wauquiez et ses amis « On veut l’échec de ce quinquennat, on veut perdre cinq ans pour la France » ». »
(…)
« Laurent Wauquiez est en train de tourner le dos définitivement à l’héritage de Nicolas Sarkozy et de Jacques Chirac. »
(…)
« Ce parti se rétrécit sur lui-même à cause, notamment, de M. Wauquiez. »
(…)
« Il faut voir le nombre de militants des Républicains qui ne renouvellent pas leur carte en ce moment. »

A propos de l’exclusion des Constructifs

« La semaine dernière, le spectacle a été assez pathétique. On a bien vu que Laurent Wauquiez et ses amis n’avaient pas la majorité politique pour nous exclure. »
(…)
« Sur le terrain juridique, ils n’ont pas d’argument pour nous exclure. »
(…)
« Je m’autorise toutes les voies de recours potentielles. »
(…)
« Quand [on voit] le tournant que ça prend – notamment après les propos de M. Wauquiez, on n’a pas envie de se battre pour y rester. »

A propos de sa place et son rôle dans la majorité et le gouvernement

« Je suis un homme de droite dans la majorité présidentielle. »
(…)
« Les premières semaines de ce quinquennat sont une réussite. »
(…)
« Aujourd’hui, rien ne me ferait sortir de ce gouvernement : je m’y sens bien. Je retrouve une manière bienveillante de faire de la politique. »
(…)
« [Nous avons le même logiciel, avec] Emmanuel Macron : aller aux résultats. »

A propos de Nicolas Hulot

« Les Français connaissent son engagement, ce n’est pas un politique (…) Il a mené des combats environnementaux importants. »
(…)
« Il fait partie de ces ministres en mission (…) sur des grandes causes à faire avancer. »
(…)
« Là où, parfois, [Ségolène] Royal était dans les incantations – et des objectifs très ambitieux mais souvent prétentieux – (…) Nicolas Hulot a une vision pragmatique de l’écologie. »

A propos de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes

« La mission [de médiation] rendra [ses conclusions] au mois de décembre et va permettre d’éclairer la décision qu’il conviendra [de prendre]. »

A propos de la taxation du diesel

« Elle démarre au 1er janvier 2018. 48 000 morts prématurées par an [sont] liées au diesel et à ses particules. »
(…)
« La prime à la conversion (prime à la casse) permettra aux Français de changer leur véhicule diesel :1000 € dès le 1er janvier 2018, 2000 € pour [ceux] qui ne sont pas imposables, afin [de pouvoir] acheter un véhicule neuf ou d’occasion moins polluant. »
(…)
« Pour la première fois, on ouvre la prime à la conversion aux véhicules d’occasion. »
(…)
« La vraie écologie punitive, ce serait de taxer sans [mettre en place] de mesures de transition. »