Warner célèbre André Previn, l’une des personnalités les plus atypiques du monde de la musique classique

Chef d’orchestre, compositeur, personnalité médiatique, André Previn excellait dans une grande variété de genre et styles musicaux. Reconnu comme enfant prodige dans sa ville natale de Berlin, il émigra avec sa famille aux Etats-Unis en 1939 et débuta sa carrière en travaillant pour Hollywood.

New York Philharmonic, London Symphony Orchestra, Philharmonique de Vienne : André Prévin a enregistré avec les plus grands orchestres

Compositeur, pianiste, chef d’orchestre, pédagogue : tel son aîné Leonard Bernstein, Andre Previn (1929-2019) avait plus d’une corde à son arc. Bien que né à Berlin, c’est aux Etats-Unis – il grandit à Los Angeles – que ce musicien surdoué fait ses premiers pas en arrangeant et composant des musiques de films d’Hollywood à partir de 1948. Il adapte et dirige la musique pour des films comme « Gigi » (1958), « Porgy and Bess »(1959), « Irma la Douce » (1963) et « My Fair Lady » (1964) recevant, pour chacun d’eux, un Oscar de la meilleure adaptation musicale. À la fin des années 1950, il se produit et enregistre comme pianiste de jazz.

A lire aussi

 

Le compositeur était aussi chef d’orchestre et a dirigé de nombreux ensembles de premier plan, dont le Royal Philharmonic de Londres, le New York Philharmonic ou le London Symphony Orchestra. Il était également connu pour ses mariages avec l’actrice américaine Mia Farrow et la violoniste allemande Anne-Sophie Mutter.

 

Itzhak Perlman, Radu Lupu, Michel Béroff … : Les solistes se succèdent au fil des 96 CD édités par Warner

Le présent coffret contient la totalité des enregistrements réalisés par André Previn pour EMI et Teldec de 1971 à 1987. La portée de sa relation avec l’Orchestre symphonique de Londres est dûment reflétée par Le Festin de Balthazar de Walton, Les Cloches de Rachmaninov, Roméo et Juliette de Prokofiev et Casse-Noisette de Tchaïkovsky, au sujet duquel l’influent magazine Gramophone posa le diagnostic suivant : « La définition même de la bonne direction ». Mais ses rapports avec des orchestres tels que le Symphonique de Pittsburgh, le Symphonique de Chicago et le Philharmonique de Vienne – qui l’invita régulièrement – ne sont pas en reste. Si le violoniste Itzhak Perlman demeure le soliste le plus représenté (huit disques à lui seul), on entend Previn accompagner, entre autres, Michel Béroff, Kyung-Wha Chung, Nigel Kennedy, Radu Lupu, Ravi Shankar, Paul Tortelier et des voix aussi prestigieuses que celles d’Elly Ameling, Janet Baker, Kathleen Battle, Margaret Price ou Samuel Ramey. La collection présente également un aperçu de ses talents de pianiste (en modes classique et jazz) et de sa personnalité à travers un documentaire audio intitulé « Andre Previn – A Memoir ».

A lire aussi

 

Placé aux côtés du précédent coffret publié en 2018 par Sony Andre Previn : « The Complete RCA and Columbia Album Collection » (54 CD), on prend la mesure du formidable legs discographique que nous laisse cet artiste atypique et généreux, l’un des rares musiciens à vaquer avec un égal bonheur de la baguette au clavier, du classique au jazz.

André Previn : The Warner Edition – Complete HMV & Teldec Recordings (coffret 96 CD Warner)

Jérémie Bigorie


Décernés chaque semaine, les Trophées Radio Classique priment un nouvel album, mis à l’honneur notamment dans l’émission « Tous Classiques » de Christian Morin.

Qobuz, la plateforme française de streaming et de téléchargement de musique haute résolution, est le partenaire officiel des Trophées Radio Classique 2021

 

Retrouvez l’actualité du Classique