Viole de gambe et contre-ténor, l’harmonie céleste

Sans les films « Tous les matins du monde » (1991) et « Farinelli » (1994), il est fort à parier que les merveilles de la viole de gambe et les voix cristallines des castrats ne seraient encore connues que d’un petit cercle d’initiés. Ces deux longs-métrages, qui ont fait apprécier à un nouveau public l’instrument à cordes et les contre-ténors, ont inspiré toute une génération d’artistes. Bruno Angé, violiste, et Mathieu Salama, contre-ténor, nous font ainsi découvrir sur scène, à partir de cette semaine, une œuvre mettant en lumière l’harmonie musicale de ces deux instruments.

Metteurs en scène et auteurs, le duo présente une création originale : une pièce musicale Hommage aux castrats, jouée au Théâtre de Nesle (Paris VIe), sur des airs de Vivaldi, Haendel, Purcell, Monteverdi, Bach, Marin Marais… Cette expérience unique propose de plonger le spectateur dans la grande époque des XVIIe et XVIIIe siècles où les castrats enchantaient et captivaient les foules au service des grands princes italiens et des grandes cours européennes. Ces chanteurs participaient ainsi avec leur exceptionnelle tessiture à l’essor du théâtre vocal et à l’avènement de l’opéra florentin puis vénitien.

Représentations les jeudis 7, 14, 21 et 28 septembre à 21 heures
Théâtre de Nesle (Paris VIe)
Durée :55 min
Prix :18 € (réduit 13 €)
http://www.theatredenesle.com/e/hommage-aux-castrats-2/2017-09-07/
http://www.billetreduc.com/175147/evt.htm