Venise : les bornes de recharge E-Docks pour bateaux électriques en plein essor

Lors d’un Climathon organisé par plus d’une centaine de villes dans le monde, la start-up E-concept a pu mettre en avant ses bornes de recharge pour bateaux électriques, les E-Docks. Cet événement rassemblait les citoyens autour des questions environnementales et du changement climatique. Parmi ces villes, il y avait Venise, ville aux avants postes de ces enjeux.

 

E-concept veut installer 360 bornes de recharge pour bateaux électriques à Venise dans les 5 années à venir

Pendant 48 heures, des spécialistes et des entrepreneurs se sont rassemblés virtuellement avec pour objectif de faire émerger des innovations et des solutions pour répondre aux enjeux spécifiques de la ville de Venise. Parmi les start-up présentes, E-concept a inauguré il y a 2 semaines son E-Dock, une borne de recharge pour les futurs bateaux électriques qui sillonneront la lagune de Venise. Francesco Pannoli est l’un des cofondateurs de cette start-up et nous décrit le concept de son entreprise : « le principe du E-Dock est d’avoir introduit une borne de recharge dans un élément qui existe à Venise depuis que la ville a été créée. Ce sont les poteaux d’amarrage, c’est-à-dire des pieux en bois. Dans le futur, tous les utilisateurs pourront s’amarrer au E-Dock et le déverrouiller avec leur smartphone ».

A lire aussi

 

Le système est intégré à ces poteaux et est presque invisible. Il y a aujourd’hui plus de 90 000 pieux auxquels s’amarrent les taxis, les vaporetti, les gondoles et autres bateaux privés de la Sérénissime. E-Concept voudrait installer dans les 5 prochaines années 60 bornes publiques et 300 privées. Selon Francesco Pannoli, il s’agit du seul moyen de faire décoller la navigation électrique et de faire baisser les coûts de ces bateaux : « aujourd’hui 60% du coût d’un moteur électrique est lié aux batteries parce que sans infrastructures, ceux qui achètent un bateau électrique veulent le plus d’autonomie possible. Avec des bornes ils pourront se recharger n’importe quand et n’importe où. Ils n’auront donc plus besoin de batteries aussi coûteuses que celles utilisées aujourd’hui ».

 

Venise accueillait jusqu’à 30 millions de touristes par an avant la crise du Covid 19

15 à 20% des 40 000 bateaux qui circulent aujourd’hui dans la lagune pourraient passer à l’électrique selon Francesco Pannoli. C’est une des solutions qui a été mise en avant ce weekend. L’objectif est de lutter contre la pollution des moteurs thermiques dans les canaux de la ville mais aussi contre la pollution sonore. Andrea Mangoni, biologiste et zoologue vit à Venise, et ses vidéos de méduses dans les canaux de la ville ont fait le tour du monde au printemps dernier : « pendant le confinement, Venise était vide, les déchets avaient presque disparu. Mais le véritable changement pour la biodiversité était l’arrêt du passage des bateaux avec un arrêt de la pollution sonore. Des animaux sont revenus dans la ville ».

A lire aussi

 

Le Climathon était dédié également ce weekend à l’économie circulaire. Une des problématiques était de se demander comment réduire le gaspillage et les déchets d’une ville d’un peu plus de 50 000 habitants mais qui accueillait avant le coronavirus jusqu’à 30 millions de touristes chaque année. Pour Andrea Mangoni, il est primordial que les citoyens développent de nouvelles stratégies d’adaptation : « Venise représente ce que le monde peut perdre en termes d’art et de culture avec le changement climatique. Venise est un symbole très important ». Il y a un an l’Acqua alta, période d’inondation de Venise, avait atteint près d’un mètre 1m80. Ce type d’inondation pourrait se répéter et avoir de terribles conséquences.

Ecoutez 3 minutes pour la planète de Baptiste Gaborit

 

Retrouvez l’actualité du Classique