Vallée de la culture : Conseil départemental des Hauts-de-Seine

Découvrez le projet culturel de la Vallée de la culture :

 

 

Les Hauts-de-Seine, la vallée de la culture
« Notre voyage commence le long de la Seine à la sortie de Paris, entre Boulogne-Billancourt, et Issy-les-Moulineaux. Bienvenue dans les Hauts-de-Seine. Nous passons sous le pont d’Issy, sur lequel trône une étonnante œuvre de Claude Lévêque, les Dessous chics. Une première halte dans le parc de l’Île-Saint-Germain, et nous voici devant la célèbre Tour aux figures de Jean Dubuffet, un vertigineux édifice d’art contemporain qui culmine à 24 mètres… Plus loin, sur l’Île Seguin, la Seine Musicale se dresse devant nous. Sans doute la salle la plus prestigieuse et la plus moderne de la région. On peut d’ailleurs y admirer une nouvelle sculpture : le Pouce de César au côté de La Défense, de Rodin. Mais notre périple ne s’arrête pas là. Passé le méandre du fleuve, voilà que nous apercevons Saint-Cloud, qui accueillera bientôt les Archives départementales dans la Caserne Sully. De l’autre côté à Boulogne, on devine le musée Albert-Kahn en pleine métamorphose avant sa réouverture prochaine. Jusqu’à la Défense et son nouveau projet d’art contemporain les Extatiques, la Vallée de la Culture des Hauts-de-Seine n’a jamais aussi bien porté son nom.
Les Hauts-de-Seine, un département utile. »

 

 

Les Hauts-de-Seine, la vallée de la culture
Je suis née en 2017 sur l’Île Seguin, fruit de l’imagination des architectes Shigeru Ban et Jean de Gastines. En un peu plus d’un an, j’ai déjà vécu de grands moments d’émotions et rencontré des milliers de visiteurs. Je mesure 280 mètres de long, et je suis constituée d’un grand foyer, d’un auditorium et d’une grande salle pour des événements prestigieux. Je suis devenue la résidence de l’ensemble Insula Orchestra et de sa cheffe Laurence Equilbey. Appréciée pour mon hospitalité, mon élégance et mes qualités acoustiques, j’accueille aussi l’académie Jaroussky ou encore la maîtrise des Hauts-de-Seine. Soucieuse de mettre en valeur la jeunesse, je recevrai en mai et juin prochains les concerts du projet DÉMOS, mais aussi ceux du Chœur des collèges de mon département. Mon nom rend hommage au fleuve au bord duquel je m’épanouis nuit et jour, au service des plus belles musiques.
Je suis la fierté des Hauts-de-Seine.
Je suis la Seine musicale.
Découvrez toute programmation de la Seine musicale, sur laseinemusicale.com. »

 

 

Les Hauts-de-Seine, la vallée de la culture
L’histoire de la Vallée-aux-Loups commence en 1683, lorsque Colbert acquiert des terres peuplées alors de loups, de cerfs et de sangliers. En 1807, Chateaubriand rachète le domaine, dans lequel il vivra plus de 10 ans. L’écrivain y écrira la première ébauche de ses Mémoires d’outre-tombe. Aujourd’hui intégrée dans le domaine départemental de la Vallée-aux-Loups, la maison de Châteaubriand et ses jardins à thèmes, constituent un lieu culturel unique, véritable incubateur de la mémoire de son époque. En ce moment et jusqu’au printemps l’exposition L’Empire en boîtes, propose une remarquable fresque historique sur Napoléon et sa famille, la cour et les puissants. Avec de jeunes talents en résidence, ou encore d’illustres hommes de lettres lors de la remise du prix Châteaubriand, la Vallée-aux-Loups symbolise à la fois l’harmonie entre patrimoines culturel et naturel, et une projection vers le meilleur de la création.
Découvrez toute la programmation de la Maison de Châteaubriand sur haut-de-seine.fr. Les Hauts-de-Seine, la vallée de la culture.»